'The Night James Brown Saved Boston'

Music and politics have always been linked...
Just one example:

"The Night James Brown Saved Boston"  - Documentary - Trailer:

“The Night James Brown Saved Boston” focuses on one of the most historic moments in Boston and America’s musical, social and political history. The night Dr. Martin Luther King was assassinated, rioting began to tear at the fabric of America’s cities.  

So, on April 5, 1968, the night after Dr. King was shot and killed, James Brown took the stage at the Boston Garden for a concert that was televised live. The spell-binding performance enthralled the residents of Boston, and prevented the rioting that many had predicted.  

A concert that is still considered legendary forty years later, Bostonians regard it as the greatest  the city every hosted. 


This film was part of the cinema programmation at the Massive Attack Meltdown Festival in 2008.

Grime for Labour

 My other election... Unfortunately, I cannot vote in the United Kingdom, but it matters as much to me.

Grime stars back Jeremy Corbyn for prime minister


A progressive alliance, grime style.
A host of grime’s biggest names have declared their support for Jeremy Corbyn in the run-up to the snap general election called by prime minister Theresa May for June 8 – and the Labour leader has been returning the love.
Yesterday, Jme combined useful voting registration information and a Corbyn endorsement in a single tweet.
If you want to vote Corbyn.
Step 1: Register https://www.gov.uk/register-to-vote 
Step 2: vote Corbyn.
Step 3: press Up, X, Y, B, A
Step 4: press start
Jme isn’t alone. Fourteen years, three Labour leaders and three general elections since Dizzee Rascal famously declared “I’m a problem for Anthony Blair” on Boy In Da Corner’s ‘Hold Ya Mouf’, the grime scene in 2017 feels rather more affinity for a man who was a consistent backbench rebel against Blair’s mission to drag Labour to the right – and into overseas wars. Corbyn won the party leadership in 2015 by promising to stand up for disillusioned working-class voters and to defend immigrants, and over the past week AJ TraceyNovelist – who joined the Labour Party last June – and Akala have all tweeted in support of him.
Thoughtful as ever, Akala went on to explain: “[F]or the first time in my adult life there is a chance to elect someone I would consider a sane and decent human… He has consistently voted/spoken against UK foreign aggression. This alone makes him the most electable politician we have ever had… [A]nti-austerity, pro-NHS and at least being openly ideologically opposed to UK empire is as good as we are ever likely to get… Homie @jeremycorbyn was anti-apartheid back when the Tories had Mandela down as a terrorist. Safe.”

I have not yet had time to do video/article about elections thoughts and probably won't til sunday so here's my basic thoughts...
I am not and probably never will be a Labour supporter. However I will be voting for the first time and I'll be voting for @jeremycorbyn
Stormzy also cited Corbyn’s anti-apartheid stance as a reason for supporting him last May, telling the Guardian: “My man, Jeremy! Young Jeremy, my guy. I dig what he says. I saw some sick picture of him from back in the day when he was campaigning about anti-apartheid and I thought: yeah, I like your energy… I feel like he gets what the ethnic minorities are going through and the homeless and the working class.”
The grime stars’ words haven’t gone unnoticed. Corbyn, who gave a shout-out to Stormzy in March for his openness about his mental health issues, had responded by yesterday evening to Jme:
Thanks for the support @jmeBBK - if you haven't already please do what he says and register to vote https://twitter.com/JmeBBK/status/856094352912916480 


Read on Fact Mag's website: http://www.factmag.com/2017/04/24/grime-stars-back-jeremy-corbyn-for-prime-minister/


'Dear Friend'

Indispensable track too in this times of turmoil.
Latest single released, very limitedly, by Massive Attack in a gorgeous vinyl, in September 2016.
These lyrics are telling it like it is!

Massive Attack feat. James Massiah - 'Dear Friend'

Massive Attack Featuring James Massiah Produced By Euan Dickinson & Robert Del Naja

Dear friend, look at you now All tied up in knots and starting to rot Thought it was alright in the light but now it's dark and it looks wrong But what'd you expect? That's what you get from worshipping moon gods False deities living off reflected glory, like our colonisers Queens and kings reaping the royalties from someone else's story But let's return to yours, you, the author of your own destiny Escaping the demons and bastards of a past life Arm in arm with your wife, a highland type With a big heart and a wise mind It's gonna help you to escape the long arm of the swine Which helps, seeming as you've been tired of, and trying to escape the wildlife Which now bores the young man with the family from the horn Lands wartorn, new allegiance sworn, you're part of the swarm Survive the storm, now withering Raised with worthy morals by an upright mother And a father who slaved days and days to make a wage Chewing cats will alleviate the pain and pressure That came with the career in a country that saw you as a cancer and a casualty Alienated on the way up to a higher education That you were lucky enough to catch Smart and working hard enough to keep You were caught in criminality The catalyst for your change And plenty of it came from the ketamine, the weed and cocaine for the customer Middle class kids on campus were burdens to bear Each of them facing oppression of their own Victims of a different kind of prejudice Their condition: psychosis, mania, suicidal thoughts, sexual inadequacy Academic underachievement, social separation and a desire to fit in The madness of youth that you've medicated All the while dedicated to serving your god When the deities of this life would allow you to Driving through the town, you approach the road to Damascus Blue lights that flash and leave you blind Bound by a belief that the god of your father set you free Weeds plucked, wife covered, 5 times a day, a proud slave Praying for proof that you picked the right way Seeing that your sister's changed, your brother's enraged, on route to a cage You're gonna need more than faith in this day and age You don't need friends, you need facts Don't need poems, you need raps Don't need peace, you need war, and defeat, and a grave to bury your doubts You've got love and a spouse, now you need space A chance to breathe, and time away In time, you'll remember this day When you're 50 years old, thinking of all the fickle things that you would fret over But you're not 50 yet, so take the right steps Unless you wanna be down when you get there This is my prayer for you, my friend, so fly away Be unbound by the ropes and the chains Be set free and escape The demons of your past become the demons of your present Old habits stick, what you learn as a young gun becomes hard to kick Clutch gets stuck and hard to shift Automatically return to the ways of days gone by A bullet in the mind, a beam in the eye And a bitch, yeah, that's life Ignorance is bliss, but wisdom's nice Hopefully it comes with age, 'cause you don't live twice And then you can't live it again, I'm afraid So fly now, be free, make your own way My dear friend

'Special Cases'

Mood of the day...

So much to say about today...
So much to say about this world too!

This song is a key part of the tenth chapter of my book. Released in 2003 as the first extract from Massive Attack's fourth album, 100th Window, it was written by 3D and his producer Neil Davidge with Sinéad O'Connor.

"Take a look around the world
You see such mad things happening
There are few good men
Thank your lucky star that he's one of them"...

The video is also strikingly outspoken and ahead of its time!

More soon...

Massive Attack - 'Special Cases'


"Special Cases"
Don't tell your man what he don't do right
Nor tell him all the things that make you cry
But check yourself for your own shit
And don't be making out like it's all his

Take a look around the world
You see such bad things happening
There are many good men
Ask yourself is he one of them

The deadliest of sin is pride
Make you feel like you're always right
But they're always two sides
It takes two to make love, two to make a life

Take a look around the world
You see such mad things happening
There are few good men
Thank your lucky star that he's one of them

Sur la question du vote des étrangers en France

Mon reportage sur les étrangers vivant en France, parfois depuis plus de 10 ou 20 ans, qui souhaitent voter mais ne peuvent pas :


La voix de ceux qui n'en ont pas

Emmanuel Macron contre Marine Le Pen : l'affiche du second tour de l'élection présidentielle en France est déroulée. Elle plonge de nombreux électeur dans le désarroi. Mais qu'en est-il de ceux qui n'ont pas le droit de vote ? Reportage de Melissa Chemam. Et puis on parle aussi de l'antisémitisme en Allemagne : un nouveau rapport est sorti à ce sujet en début de semaine.


Ecouter ici : http://www.dw.com/fr/la-voix-de-ceux-qui-nen-ont-pas/av-38597577


Alors que les Français sont dans la tourmente de l’entre-deux-tours, entre deux candidats qui outrepassent les clivages habituels entre grands partis, beaucoup de points du programme de François Hollande, encore inappliqués, ont été laissés de côté dans le débat. C’est le cas de la question du droit de vote des étrangers, pourtant promis par en 2012 par le Parti socialiste. Sur le terrain, les associations continuent de se mobiliser pour les droits de ces contribuables comme les autres. Et un petit groupe nommé Alter Votants a trouvé une parade temporaire : faire se rencontrer des citoyens abstentionnistes et des non électeurs frustrés… 
Rencontre à Paris, au micro de Mélissa Chemam.

Mounia : « Je vis en France depuis 17 ans… »

Allemande né en Tunisie, pour devenir française, Mounia devrait renoncer à sa nationalité… Pour l’instant, elle ne peut donc pas voter lors des élections présidentielles en France. Elle a trouvé la solution proposée par le collectif Alter Votants : faire connaître son choix à un citoyen qui n’a pas su se décider pour un candidat, et qui a failli s’abstenir.

Mounia : « On m’a parlé de l’initiative d’Alter Votant par hasard dans une soirée… Une initiative formidable… »

C’est Laetitia qui a voté pour Mounia. En pratique, c’est très simple, elle n’a fait que l’appeler pour connaître son candidat.

Laetitia : « Je m’apprêter à m’abstenir pour la première fois de ma vie… j’ai délégué la responsabilité de mon vote à une autre personne ».

Thomas, Rachel et Robert ont mis en place cette initiative en décembre dernier pour rapprocher ces voisins aux droits si différents.

Robert : « Le constat : ces personnes sont très engagés dans leur vie ici et sont dépourvues d’actions citoyennes démocratiques, alors que d’autres veulent s’abstenir ».

C’est aussi un acte en faveur d’une plus grande cohésion sociale, pour impliquer les personnes exclues du vote. Car pour les militants de cette cause, comme Françoise Dumont, présidente de la Ligue des Droits de l’Homme, les promesses sur les droits civiques des étrangers sont oubliées depuis trop longtemps.  

Françoise Dumont : « Hollande a déçu… Et ça a été peu présent dans cette campagne… Une question difficile mais l’opinion publique est souvent plus en avance que ce que croient les politiques ».

Si les Européens peuvent voter aux élections locales, le sort des autres étrangers risquent de rester en suspens encore au moins cinq ans : aucun des deux candidats présents au second tour cette année ne s’étant engagé sur la question.


Le site d'Alter Votants : http://alter-votants.wixsite.com/2017


The impact of Tori Amos

Name a song that changed you or your life...

Tori Amos - 'Cornflake Girl' 

(Official Music Video) 

"Cornflake Girl"

Never was a cornflake girl
Thought that was a good solution
Hanging with the raisin girls
She's gone to the other side
Giving us a yo heave ho
Things are getting kind of gross
And I go at sleepy time
This is not really happening
You bet your life it is [3x]

Peal out the watchword
Just peal out the watchword

She knows what's going on
Seems we got a cheaper feel now
All the sweeties are gone
Gone to the other side
With my encyclopedia
They must've paid her a nice price
She's putting on her string bean love
This is not really happening
You bet your life it is [3x]

Peal our the watchword
Just peal out the watchword

Never was a cornflake girl
Thought that was a good solution

Rabbit, where'd you put the keys, girl?
Rabbit, where'd you put the keys, girl?
Rabbit, where'd you put the keys?
Oh, yeah
Rabbit, where'd you put the keys, where'd you put the keys, girl

And the man with the golden gun thinks he knows so much
Thinks he knows so much yeah
(Don't close this door I know it's so easy)
And the man with the golden gun thinks he knows so much
Thinks he knows so much yeah
(To close this door I know it's so easy)

Rabbit, where'd you put the keys, girl?
Oh yes, rabbit, where'd you put the keys, girl?
Rabbit, where'd you put the keys?
Oh yeah
Rabbit, where'd you put the keys, girl?


Tori Amos' new album will be out in September, of which she says:

"The songs on Native Invader are being pushed by the Muses to find different ways of facing unforeseen challenges and in some cases dangerous conflicts. The record looks to Nature and how, through resilience, she heals herself. The songs also wrestle with the question: what is our part in the destruction of our land, as well as ourselves, and in our relationships with each other?

In life there can be the shock of unexpected fires, floods, earthquakes, or any cataclysmic ravager - both on the inside and outside of our minds. Sonically and visually, I wanted to look at how Nature creates with her opposing forces, becoming the ultimate regenerator through her cycles of death and re-birth. Time and time again she is able to renew, can we find this renewal for ourselves?" 


More details:

Tori Amos Announces New Album Native Invader, Announces Tour

The singer-songwriter’s 15th studio album arrives this fall

Tori Amos has announced her next album. It’s called Native Invader, and it arrives September 8 via Decca. It marks Amos’ 15th studio album, and her first since the release of Unrepentant Geraldines in 2014. 
Amos has also announced a new run of tour dates in Europe behind the new album, featuring a night at Royal Albert Hall in London in October. Check out the list of dates on her site here.

Can I add one more?

Tori Amos - Winter (Live)

...When are you gonna make up your mind?
When are you gonna love you as much as I do?...



Bristol sound Chronology

19 years ago, on April 27, 1998, this wonderful song was released as a single. Melancholy and poetry. Sense of eternity. 

Probably Massive Attack's non core fans' favourite song from the band! 

Soundtrack of a generation...

Here is Liz Fraser with the band live on MTV in 1998:


Massive Attack - Teardrop 
(Live - Summersonic Festival 2006)

And more recently:

Massive Attack - Teardrop (live) - with Martina Topley-Bird

France - Elections : Et les voix des sans vote?

France, jeudi 27 avril 2017.

Election J + 4.

Des centaines de milliers d'électeurs français n'ont pas pu voter dimanche, au premier tour de l'élection présidentielle, des millions de personnes vivent en France, souvent depuis des années et ne peuvent pas s'exprimer lors du scrutin pour la "magistrature suprême", aucun des candidats n'a obtenu un score supérieur à un quart de votes exprimés, et les deux principaux partis de gouvernement sont éliminés du second tour... mais l'on continue comme si de rien n'était !

On lance les campagnes du deuxième tour.

M. Emmanuel Macron et Mme Marine Le Pen produisent quasiment la même affiche de campagne et charge comme des taureaux les potentiels électeurs d'Amiens en souffrance dont personne ne voulait parler il y a peu... et on trouve cela norme.

Et bien moi, je ne trouve pas cela normal.

Puis-je rappeler une chose : si nous avions un régime parlementaire, et non présidentiel, ou même le régime mixte que nous prétendons avoir depuis la Constitution de la Ve République en pleine guerre et par un militaire, nous n'en serions pas là!

Tout simplement parce que M. Emmanuel Macron et Mme Marine Le Pen n'ont pas de candidats pour les législatives. Ils n'ont pas de potentiels députés, ni même de potentiels ministrables!!

Côté Front National, ils n'ont rien du tout, personne, et un programme ridicule, impossible à appliquer, bourré de contradiction, mensonger et destructeur. Haineux et rien d'autre.

Côté "En Marche", le seul projet de gouvernement est d'appliquer la politique économique qui a échoué lorsque M. Macron était ministre... de L'Economie et le seul plan organisationnel est de récupérer les traîtres du parti socialiste.

Le PS a organisé une primaire et aucun de ses leaders n'a soutenu le candidat élu par les militants.

Encore un déni de démocratie!

Ce régime est en souffrance et ne fonctionne plus!

Encore une fois, si l'on votait en premier lieu pour les députés, le FN et En Marche seraient inexistant politiquement. Ils le sont aux élections municipales, de même.

La France, centralisée et "présidentialiste" comme d'autre pays sont royalistes, disons-le, ne veut pas voir qu'elle marche sur ses fractures trop tôt, pour être sûre de ne jamais laisser aucune blessure cicatriser.

Exigeons au moins un retour d'élections législatives décentes, qui ne soient pas une validation du choix du président, quatre semaine après son élection! Exigeons des élections de mi-mandat, au moins!


J'exige, moi, plus : une révision institutionnelle. Chacun son choix mais parlons en.


Et parlons d'abord de ceux dont les droits ont été gravement bafoués.

Des centaines de personnes ont vu leur procuration se perdre dans les méandres de l'administration. la plupart d'entre eux l'avaient enregistrée des semaines voire des mois avant le scrutin.

Des centaines de milliers de personnes se sont découvertes radiées des listes le jour du vote.

Ce n'est pas pardonnable.

Vérifions. Demandons pourquoi.

Un simple témoignage reçu ce matin parmi les quelque 70 messages que j'ai reçus par écrit :


J'ai déposé une procuration pour les 2 tours des élections présidentielles 2017 au Commissariat du 16è à Marseille (à l'Estaque). Malheureusement, elle n'était pas arrivée dans ma commune (Nantes) pour le premier tour. Problème de livraison de La Poste ?
Je ne sais pas... En tout cas, c'est ce que m'ont dit les policiers et la commune de Nantes, "qu'ils ne pouvaient rien faire, que les procurations sont envoyées le lendemain du dépôt par recommandé"... !
Frustration et désarroi surtout au vue des résultats...

Merci de relayer ce témoignage...

Bonne journée,


Un autre :

Je vous contacte parce qu'on m'a parlé de votre enquête et je pense que mon problème procuration rentre dans vos critères. 
Résidant à Paris, j'ai fait ma procuration au commissariat du 8eme le 20 avril, ce jour-là on nous a informé qu'il était possible que les procurations ne soient pas arrivées à temps mais qu'elles étaient valides et que les mairies avaient pour consigne d'appeler les commissariats pour avoir confirmation de la procuration. Dimanche matin ma mère a donc expliqué la situation au bureau de vote d'Henin-Beaumont, la secrétaire des bureaux de vote de la mairie a été contactée par téléphone par l'assesseur et a répondu, après avoir demandé le nom de ma mère, que la mairie n'appelait pas les commissariats.
Il est important de préciser que ma mère a été employée à la mairie d'Henin-Beaumont pendant plusieurs années avant de demander sa mutation peu après le passage du Front National. Elle etait donc connue de la secrétaire des bureaux de vote.
J'ai appelé la préfecture de police QUI m'a confirmé le FAIT que la consigne d'appeler etait UNE consigne nationale et qu'il n'était pas normal de le refuser. Je me suis rendue au commissariat du 8eme, où les agents étonnés de ma situation inédite m'ont confié le numéro de la ligne directe de la personne à contacter par les mairies pour les procurations afin que ma mère le communique directement à la mairie d'Hénin en leur parlant de mon passage au commissariat et leur rappelant une nouvelle fois la consigne nationale, apres cette démarche mon vote a finalement été accepté.
Voilà, en espérant que ça vous intéresse et en vous remerciant pour ce que vous faites !



Les personnes flouées ont prévues de se rassembler samedi 29 avril 2017, devant leur mairie ou leur consulats, pour ceux qui votent à l'étranger, à partir de 14 heures.

A Paris, nous serons place de l'Hôtel de Ville.

J'y serai pour l'amie qui m'a confié sa procuration et dont la voix a été spoliée.

Venez nous soutenir et soutenir la démocratie.

Les lois sont bien faites dans ce pays, il s'agit de les respecter.
Mais ce régime a plus que jamais montré ces limites.


Rassemblement contre les irrégularités du vote du 23 avril 2017

L'éventent sur Facebook :



500 000 électeurs inscrits dans deux bureaux de vote, des centaines (milliers?) de procurations perdues, des radiations abusives pour “problème informatique” ou avec 10 ans de retard sans prévenir l’électeur, des bulletins fantaisistes dans des bureaux de vote…
Ce premier tour de l’élection présidentielle 2017 aura été marqué par de nombreuses irrégularités. Nous considérons que ces irrégularités ont eu un impact significatif sur le scrutin et ont compromis son intégrité. En effet, l’écart entre le 2eme, le 3eme et le 4eme (plus ou moins 600 000 voix) pourrait tout à fait être compensé, dans un sens ou dans un autre, pour parvenir à un second tour différent de celui annoncé.

Nous exigeons que toute la transparence et la clarté soient faites sur ce scrutin.
Nous souhaitons que le droit de vote soit rendu à chacun pour les prochains scrutins.
Nous demandons donc à Mr Laurent Fabius, Président du Conseil Constitutionnel, de s’auto-saisir immédiatement et à Mr Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale, l’ouverture d’une enquête parlementaire.
Les média doivent en parler, les politiques devraient prendre cela au sérieux ! Et si nous ne le faisons pas, alors qui le fera… ?

Organisons-nous localement ! Venez avec vos amis, vos voisins, votre famille, avec quiconque n'a pas pu exprimer sa voix ou tout simplement pour soutenir les oubliés du vote !
Dans chaque ville, prenons donc rendez-vous ce SAMEDI 29 AVRIL pour un rassemblement citoyen et symbolique devant toutes les mairies de France et consulats les plus proches de chez vous, pour faire entendre nos voix ! (Adresses plus bas)

Nous ne nous laisserons pas bailloner par l'administration, nous voulons exercer notre droit et devoir de citoyen !



Et pour ceux qui ne cessent de crier au "Loup" en comparant le Front National au National Socialisme, un peu de décence quand même... Oui, ils sont racistes et dangereux, haineux et incompétents. mais la France n'est pas l'Allemagne de 1933. 

Personne ne va acheter son pain une seul fois par semaine avec une brouette de billets qui ne valent plus rien. Le pays n'est pas ravagé par une guerre atroce et 10 ans de traumatisme inédit, isolé, sans allié. 

Ne vous trouvez pas des excuses.

Les Français sont nombreux à avoir un toit, posséder un toit et parfois deux et à louer et sous-louer leur place de parking pour augmenter leur budget loisir.

Par contre, les Syriens subissent une atroce guerre civile qui dure depuis 2011, soit six ans, soit l'équivalent de nos horribles conflits mondiaux. Je ne parle même pas de l'Irak, en proie aux horreurs depuis 2003 et pour quoi? Pour quelles raisons exactement? On ne le sait toujours pas très bien... La rade de M. G. W. Bush post-11 Septembre? La lâcheté de M. Tony Blair?

A cette époque, au moins, les dirigeants français ont eu le courage de dire non. Où est ce courage aujourd'hui? Qui est là pour dire que la Syrie est un conflit mondial? Que cette guerre compte autant dans l'histoire de l'humanité que les guerres fratricides européennes? Personne. Pas un dirigeant occidental.

Et l'Europe, les Etats-Unis se plaignent de perdre du pouvoir d'achat... Se trouve des raisons pour se "droitiser".

Nous avons oublié notre histoire commune, mondiale, fratricide.

Et au lieu d'accepter de réformer l'Union européenne, pour en faire un ensemble plus signifiant qu'un simple marché d'échange de biens et de services, nous faisons les autruches.

Pour infos, la France ne peut pas quitter l'Union européenne... La France est l'Union européenne, avec l'Allemagne, l'Italie et le Benelux, la raison d'une solidarité qui s'est longtemps voulu porteuse de paix et non site officiel de sous-location de garages et de commandes en ligne de produits manufacturés.


Pour la démocratie, la solidarité, la compassion.
Un peu d'humanité.

Peu importe votre choix de vote, défendez ce droit!
Et demandez mieux que deux candidats inventés par la haine et par la peur qui n'ont même pas d'équipe derrière eux, d'élus, de gens de terrain, de citoyens raisonnables et qui connaissent leurs sujets...

Venez le samedi 29 avril.
14h, à Paris devant l'Hôtel de Ville.
Dans toutes les grandes villes de France et d'Europe, voir du monde (Miami, Londres, Hanoï sont concernées par els problèmes de procurations oubliées) : devant les mairies ou consulats.

A samedi.


Colston Hall: Bristol's main auditorium to drop his slave owner's name

 April, you're definitely a busy, heavy month...

Now, this is what I call social change!

I believe the point is not to rename every street in England, and certainly not to "erase" or "bury" history as some haters have written, but the thing is that Bristol's music scene owes a lot to Caribbean musicians.

And the main auditorium made most of them feel uncomfortable to go in. So it was a symbolic gesture, to highlight the role of diaspora in British culture.


I think the points made by arguments about whitewashing history are ridiculous, it's the contrary.

We cannot erase Edward Colston from all over Bristol, but the music hall's name is considered as an wound by Caribbean musicians.

But regarding the music hall, it's a choice for peace. For the voices that have felt so well touring all over the world, and so bad when home and invited there.

But obviously, no one would ever name a cultural venue after a war crime perpetrator! Of course naming a concert hall after somebody is glorifying that person. Opposing this change is absurd.

The port, harbour, boats, major buildings reminding of slavery won't disappear.

Naming the Harbourside's Pero Bridge is, on the contrary, the right way to remind people of their history...


The concert hall might be renamed the Sierra Leone Hall....

Read my book for more!

For now, in The Guardian: 

Bristol's Colston Hall to drop name of slave trader after protests

 Concert venue that hosted the Beatles, David Bowie and Bob Dylan will reopen with a new name following refurbishment

Bristol’s biggest concert hall is to drop the name of the slave trader Edward Colston from its name after protests and a boycott by musicians, the Guardian can reveal.
The charity that runs Colston Hall, Bristol Music Trust, said on Wednesday it was a new beginning for the venue.

Louise Mitchell, the chief executive of the trust, described the Colston name as a “toxic brand”. She said: “For us it feels like the beginning of a new dawn. We are doing this now because it is the right thing to do. It’s not about commerce. It’s about doing the right thing.”
Mitchell said the trust would work with artists on finding a new name. She would also be talking to commercial partners about the renaming. She said: “We really don’t feel an association with Edward Colston, however tenuous, is the way we want to [move] forward.”
For the next year, the venue will retain the name Colston Hall. It will then close for refurbishment. When it reopens it will have a new name.

Colston Hall has been a target of activists who have demanded that the slave trader’s name be erased from all of Bristol’s buildings and other memorials to him removed.
Their campaign has been boosted by the revered Bristol band Massive Attack, who have refused to play Colston Hall.

Bristol’s mayor, Marvin Rees, has also added weight to the campaign, saying: “My ancestors are from slaves, I’m not a fan of the name.”
Some of the world’s biggest music and comedy stars have performed at Colston Hall, including the Beatles, David Bowie, Elton John, Ella Fitzgerald, Louis Armstrong and Bob Dylan.

Mitchell said previously: “Colston Hall is well known locally, regionally and nationally, as one of the major arts and entertainment centres in the country. Changing our identity is a major move that requires careful consideration. As we have always stated, we need to go through a thorough process that takes into account views from local, national and even international stakeholders and partners.

“We want the hall to be a place open to all. That’s why we’re working so hard to champion accessibility for performers and audiences, as well as those who will be able to participate in music education and enterprise, and reviewing the name has always been part of our plan.”
The move will increase the pressure on other Bristol institutions with Colston connections.

In February, Bristol Cathedral said it was prepared to consider removing its biggest stained glass windowbecause of its close association with Colston. However, the cathedral said eradicating Colston’s memory from the city was a tricky issue.

Colston was born in 1636 and died in 1721. Much of his wealth came from slavery. 

link to article: https://www.theguardian.com/uk-news/2017/apr/26/bristol-colston-hall-to-drop-name-of-slave-trader-after-protests?CMP=twt_gu

Bristol's view over the Harbour, by myself, early 2017


Pour infos, pour les francophones, quelques détails de contexte ci-dessous, et bien sûr toute l'histoire dans mon livre  :

Royaume-uni. La traite des Noirs hante toujours le port de Bristol

En 1807, quand la Grande-Bretagne a aboli l’esclavage, plus de 60 % de l’économie de Bristol dépendait de la traite des Noirs. L’or et l’argent que rapportaient les “merles” [blackbirds], comme on surnommait les vaisseaux négriers, se retrouvent dans toute cette cité réputée pour la grâce de ses façades géorgiennes, ses somptueux édifices publics et les généreuses contributions de ses marchands bienfaiteurs.

Du Théâtre royal, construit avec les dons de mécènes impliqués dans le commerce du bois d’ébène, jusqu’aux cloches de l’église de Saint Mary Redcliffe, qui sonnèrent pour célébrer l’échec d’une tentative d’abolition de l’esclavage en 1791, une grande partie de la gloire actuelle de Bristol repose sur son passé sanglant. Dans le centre-ville, une statue d’Edward Colston, l’un des plus puissants négriers, le dépeint comme un “fils vertueux et sage”. Le 10 mai dernier, lors d’un débat organisé au musée du Commonwealth et de l’Empire britannique, il n’est donc pas vraiment étonnant que l’atmosphère ait été tendue. Il s’agissait de savoir si la ville devait présenter ses excuses pour son rôle dans le commerce transatlantique des esclaves.

Ici comme ailleurs, la question divise l’opinion publique. Un mea culpa est-il nécessaire pour des événements vieux de quatre cents ans, et comment lui donner un sens ? Deux siècles ont passé depuis le départ du dernier vaisseau négrier, mais le sujet suscite la controverse dans une ville qui s’est refusée à suivre l’exemple de Liverpool, laquelle a présenté ses excuses en 1994 pour son rôle dans l’esclavage. “Tout le concept de racisme plonge ses racines dans l’esclavage. Le mépris qu’il impliquait pour l’homme noir, comme étant moins qu’un être humain, est à l’origine du concept de l’infériorité des gens de couleur”, explique Paul Stephenson, un vieux défenseur des droits civiques. “Des excuses sont nécessaires, mais il faudrait aller plus loin. La ville devrait verser des compensations pour s’amender de cette partie de son histoire. Bristol est très riche, et ces richesses viennent de l’esclavage.”

La fortune de la ville est un sujet sensible, comme on a encore pu le constater le mois dernier, quand les promoteurs d’un nouveau centre commercial ont dû revenir sur leur intention de le baptiser Quartier des marchands, nom considéré comme offensant pour la population afro-caribéenne de la ville. L’histoire locale reconnaît rarement l’importance de la participation de la ville au “triangle” de la traite des Noirs. De 1698 à 1807, ce sont 2 108 vaisseaux qui ont quitté les quais de Bristol pour l’Afrique de l’Ouest. Leur cargaison de marchandises britanniques était échangée contre des hommes, des femmes et des enfants capturés en Afrique occidentale et centrale. Les cales pleines à craquer d’êtres humains, les navires faisaient voile vers les Caraïbes, le sud des Etats-Unis et le Brésil. Le taux de mortalité de ces voyages était d’environ 5 % (30 % sur certains bateaux). On estime que 500 000 esclaves ont été transportés par la flotte de Bristol. La ville a d’ores et déjà reconnu officiellement la source de sa prospérité en apposant sur un quai une plaque “A la mémoire des innombrables Africains, hommes, femmes et enfants, qui ont apporté tant de prospérité à Bristol par le commerce des esclaves d’Afrique”.

A Londres, le gouvernement a mis en place une commission consultative sur les moyens de célébrer le bicentenaire de l’abolition. Bristol n’est pas la seule à souffrir d’amnésie collective à propos de l’exploitation du triangle de l’esclavage par la Grande-Bretagne. “L’idée d’un repentir se justifie, remarque l’historien Stuart Hall. Mais il faut qu’il soit accompagné d’une campagne d’information sur la véritable nature de ce qui s’est passé. Il est stérile de jouer sur la culpabilité des gens, mais nous ne devrions pas non plus nous contenter de célébrer le rôle joué par la Grande-Bretagne dans l’abolition.”
The Independent (via Courrier international)