Soudan : Meriam Ibrahim à l'ambassade américaine

Meriam Ibrahim est désormais à l'ambassade américaine de Khartoum.
Cette chrétienne Soudanaise dont la condamnation à mort avait été annulée lundi par la cour d'appel soudanaise n'en finit pas de passer par des rebondissements :

Arrêtée en tentant de quitter le pays mardi, elle a été accusée de trafic de papier et est désormais de nouveau libre, mais a trouvé refuge à l'ambassade à Khartoum, selon son avocat, qui estime qu'il s'agit du lieu le plus sûr pour elle et sa famille.

Meriem Yahia Ibrahim Ishag, 26 ans, avait été arrêtée mardi à l'aéroport de Khartoum, alors qu'elle tentait de quitter le Soudan avec son mari et leur deux enfants, puis inculpée d'usage de faux, Khartoum l'accusant d'avoir présenté un faux document et fourni de fausses informations pour partir.
La famille voulait se rendre aux Etats-Unis.

Son époux, Daniel Wani a la double nationalité américaine et sud-soudanaise, et avait fourni à sa femme et leur enfants de documents de voyages d'urgence sud-soudanais, jugés en règle par les autorités sud-soudanaises.

Le procureur a finalement décidé de la laisser rentrer chez elle sous le contrôle d'un garant, plus tôt dans la journée de jeudi.

Elle ne peut toujours pas quitter le pays et a rejoint l'Ambassade américaine vers 21h, heure locale, jeudi soir avec son mari et ses enfants, selon son avocat Al Sharif Ali Muhamed:

"Meriam est désormais avec son mari à l'Ambassade américaine oui, elle ne peut pas rentrer chez elle, elle ne peut pas non plus rester à l'hôtel parce que quelqu'un pourrait y venir l'attaquer ou la harceler. Ainsi l'Ambassade américaine est le lieu le plus sûr pour elle. Son affaire se poursuit, elle ne peut donc toujours pas voyager en dehors du Soudan bien que ses papiers soient en règle, ils ont été réalisés par l'ambassade du Soudan du Sud de Khartoum. Donc maintenant nous espérons que les autorités vont lui fournir un passeport soudanais".


Al Sharif Ali Muhamed, un des avocats de Meriam Ibrahim,
joint par Mélissa Chemam.


NB.  Meriam Yahia Ibrahim Ishag est née d'un père musulman et d'une mère chrétienne orthodoxe, qui l'a élevée dans sa confession après le départ du père quand elle était très jeune. Ce sont des hommes "qui disaient être" de sa famille paternelle qui ont engagé les poursuites pour apostasie.

Crisis Group on Somalia and Al-Shabaab

Despite military gains against Somalia’s Islamist group Al-Shabaab, the insurgents’ defeat will remain elusive until the Somali government and its international partners address long standing social – often clan-based – grievances through parallel local and national processes, as the basis for the revival of conventional governmental authority.

To combat the entrenched, highly adaptable extremist group Al-Shabaab, the Somali Federal Government and its allies must better imitate the group’s core political strengths. The focus on military campaigns with little emphasis on encouraging political settlements in liberated areas is handing the initiative back to the insurgents. In its latest briefing, Somalia: Al-Shabaab – It Will Be a Long War, the International Crisis Group looks beyond Al-Shabaab’s extremist face and explains why the group remains resilient in south-central Somalia.

The briefing’s major findings and recommendations are:
  • While Al-Shabaab remains the focus for international actors, it is just one of several obstacles on the road to peace and stability. And unlike many of its rivals in south-central Somalia, the group still offers practical solutions to clan conflicts and minority representation, simple but effective governance and justice structures, and basic social services, including religious instruction in areas with scant primary education.

  • Al-Shabaab draws strength from an experienced cross-clan leadership that – despite internal tensions – continues to offer a consistent and well-articulated vision, propagated at the ground level through close engagement with Somali society, particularly in rural areas.

  • Before further military campaigns continue – especially in the large rural areas still controlled by Al-Shabaab – the Somali Federal Government, with its regional and wider international supporters, needs to begin national and local reconciliation efforts in liberated areas, as outlined in its National Stabilisation Strategy. Local consultative bodies should be encouraged to generate political consensus and leadership, in tandem with term-limited care-taker administrations focused on rehabilitation of basic services.
“For all its many mistakes, Al-Shabaab has managed to appear independent of external political timetables and non-Somali support. Its schooling and training activities as well as its human and media networks in the region have allowed Al-Shabaab to recruit new members, even in the face of greater security presence”, says Cedric Barnes, Horn of Africa Project Director. “That’s been key to the group’s continued control of both money and minds in many parts of Somalia”.
“At this stage, another military surge might be counterproductive, especially if foreign troops are leading the way”, says EJ Hogendoorn, Africa Program Deputy Director. “The Somali Federal Government and its allies need to strike at the root of Al-Shabaab’s strength by imitating its grassroots political success and providing for local needs”.

Somalia: Al-Shabaab – It Will Be a Long War

Africa Briefing N°9926 Jun 2014
Despite the recent military surge against Somalia’s armed Islamist extremist and self-declared al-Qaeda affiliate, Al-Shabaab, its conclusive “defeat” remains elusive. The most likely scenario – already in evidence – is that its armed units will retreat to smaller, remote and rural enclaves, exploiting entrenched and ever-changing clan-based competition; at the same time, other groups of radicalised and well-trained individuals will continue to carry out assassinations and terrorist attacks in urban areas, including increasingly in neighbouring countries, especially Kenya. The long connection between Al-Shabaab’s current leadership and al-Qaeda is likely to strengthen. A critical breakthrough in the fight against the group cannot, therefore, be achieved by force of arms, even less so when it is foreign militaries, not the Somalia National Army (SNA), that are in the lead. A more politically-focused approach is required.
Even as its territory is squeezed in the medium term, Al-Shabaab will continue to control both money and minds. It has the advantage of at least three decades of Salafi-Wahabi proselytisation (daawa) in Somalia; social conservatism is already strongly entrenched – including in Somaliland and among Somali minorities in neigh­bouring states – giving it deep reservoirs of fiscal and ideological support, even without the intimidation it routinely employs.
An additional factor is the group’s proven ability to adapt, militarily and politically – flexibility that is assisted by its leadership’s freedom from direct accountability to any single constituency. From its first serious military setbacks in 2007 and again in 2011, it has continually reframed the terms of engagement. It appears to be doing so again.
Countering Al-Shabaab’s deep presence in south-central Somalia requires the kind of government – financially secure, with a common vision and coercive means – that is unlikely to materialise in the near term. More military surges will do little to reduce the socio-political dysfunction that has allowed Al-Shabaab to thrive; in certain areas it may even serve to deepen its hold. The Somalia Federal Government (SFG), supported by external allies, should consider the following political options:
  • implementing, as outlined in the “National Stabilisation Strategy” (NSS), parallel national and local reconciliation processes at all levels of Somali society;
  • imitating Al-Shabaab’s frequently successful techniques of facilitating local clan dialogue and reconciliation (as per the National Stabilisation Strategy, NSS), as well as religious education;
  • developing a new approach to establishing local and regional administrations that privileges neither SFG appointees nor clients of neighbouring states; and
  • making the local (Somali) political grievances that enable Al-Shabaab to remain and rebuild in Somalia the paramount focus, not regional or wider international priorities.
Nairobi/Brussels, 26 June 2014

 Au Kenya, le gouverneur de la région de Lamu a été arrêté, 15 jours après la double attaque dans la région côtière de Mpékétoni. Selon les autorités, l'arrestation intervient dans le cadre de l'enquête pour "terrorisme' et "meurtres". Il a été placé en garde a vue dans l'attente d'une décision de justice. Ces attaques, revendiquées par les shebabs islamistes somaliens, ont fait une soixantaine de morts en une nuit.

Précisions de Mélissa Chemam

Figure imposante de la vie politique kenyane, Issa Timany, a été arrêté mercredi soir. 

Il a été présenté devant une cour de Mombassa ce jeudi ; et il va devoir y rester en garde à vue jusqu'à lundi.
La cour déterminera alors s'il doit être détenu pour 14 autres jours dans le but de permettre l'avancée de l'enquête sur les attaques de Mpeketoni. Mais selon son parti, l'UDF, membre de l'opposition, aucune charge précise n'a été énoncé permettant de justifier son arrestation.

Parmi les partisans de l'opposition, de nombreux Kenyans considèrent que le gouverneur de Lamu fait office de bouc émissaire pour le Président kényan, Uhuru Kenyatta, qui rejette la revendication des attaques terroristes par les milices somaliennes Al Shebab, pourtant de plus en plus actives sur le sol kenyan. Le président, issu de la majorité kikuyu, estime que les attaques ont pour fondements des divisions ethniques, certes résurgentes depuis les violences post-électorales de 2007-08.

De leur côté, les spécialistes du terrorisme dans la Corne de l'Afrique soulignent que les miliciens somaliens redoublent d'effort pour punir de le Kenya pour son engagement au sein des forces militaires de l'AMISOM en Somalie. Pour ces experts, au delà du débat sur le rôle des groupes minoritaires de la région de Mombassa et Lamu, dont le gouverneur fait partie, la question de l'implication kényane en Somalie reste la clé de la recrudescence des actions terroristes sur le sol kényan. 

Parmi les partisans d'un retrait du Kenya des troupes de l'AMISOM se trouve notamment Raila Odinga, l'ancien Premier Ministre, et fervent opposant de Kenyatta, désormais leader de l'opposition. Pour le Vice-président, William Ruto, poursuivi comme le président Kenyatta par la CPI pour son implication présumée dans les violences de 2008, un retrait ne ferait que montrer un geste de faiblesse face aux forces des Shebabs de plus en plus actives dans toute la Corne de l'Afrique, ''comme l'a montré l'attentat perpétré sur le sol djiboutien le 24 mai dernier.

 Et pendant ce temps, en Somalie, deux soldats djiboutiens de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) ont été tués jeudi lors de l'attaque de leur base. L'attaque a été revendiquée par les insurgés islamistes somaliens shebab.
L'attaque a été perpétrée vers 07h (04h GMT) à Buula Burde, dans le centre du pays, environ 200 km au nord de Mogadiscio, par deux hommes "vêtus d'uniformes de l'armée somalienne", selon un porte-parole de l'Amisom, Eloi Yao.
Les assaillants n'ont pas réussi à entrer dans le complexe du contingent djiboutien, mais un échange de tirs a eu lieu au point de contrôle, durant lequel les deux soldats djiboutiens ont été tués durant cet échange, ainsi que les deux assaillants.


Corne de l'Afrique : point sur les principales attaques récentes des milices al shebab

      NAIROBI,  16 juin 2014 (AFP) - Les islamistes somaliens shebab,
auxquels est attribuée l'attaque sur la côte kényane qui a fait dimanche soir
49 morts, ont mené des actions meurtrières ces dernières années dans les pays
voisins impliqués militairement en Somalie.
   Liés à Al-Qaïda, les shebab ont perdu la quasi-totalité de leurs bastions
en Somalie depuis qu'ils ont été chassés de Mogadiscio en 2011, mais contrôlent
encore de vastes zones rurales dans le pays, d'où ils mènent actions de
guérilla et attentats sanglants.
   == AU KENYA ==
   L'attaque de Mpeketoni dimanche soir (16 juin) près de l'archipel de Lamu est la plus
meurtrière et la plus spectaculaire depuis l'assaut et le siège du centre
commercial Westgate à Nairobi le 21 septembre 2013 qui avait fait au moins 67
morts. Les shebab avaient revendiqué l'attaque en représailles à l'intervention
de l'armée kényane en Somalie depuis octobre 2011.
   Depuis près de trois ans, le Kenya est la cible de nombreux attentats,
attribués aux shebab ou à leurs sympathisants. Les attaques ont visé notamment
Garissa (est), Mombasa et la côte kenyane, ainsi que Nairobi et sa banlieue.
   L'attaque de Mpeketoni porte à au moins 77 le nombre de personnes tuées
depuis le début de l'année au Kenya dans des attentats attribués aux shebab ou
à leurs sympathisants.
   == EN OUGANDA ==
   Le 11 juillet 2010, un double attentat à Kampala, dans deux restaurants de
la capitale qui retransmettaient la finale de la Coupe du monde de football,
fait 76 morts et plus de 80 blessés. Les shebab revendiquent l'attentat, en
représailles au rôle majeur de l'Ouganda au sein de la force africaine (Amisom)
qui combat les shebab en Somalie depuis 2007.
   == A DJIBOUTI ==
   Le 24 mai 2014, un attentat contre un restaurant fréquenté par des
Occidentaux, notamment des militaires, tue un citoyen turc, outre les deux
kamikazes, et fait une vingtaine de blessés européens. C'est le premier
attentat revendiqué par les shebab à Djibouti.
   Les islamistes somaliens disent avoir visé "la coalition croisée
occidentale basée à Djibouti" notamment les "croisés français", et appellent le
président djiboutien à retirer ses soldats déployés depuis fin 2011 au sein de
   Par ailleurs, les shebab ont menacé l'ETHIOPIE de représailles à sa
présence militaire en Somalie. Les attentats sont rares en Ethiopie, mais en
octobre 2013 deux Somaliens avaient été tués par une bombe qu'ils
confectionnaient à Addis Abeba, où se déroulait un important match de football.
   En SOMALIE, l'attentat le plus meurtrier de ces dernières années, une
attaque au camion piégé le 4 octobre 2011 contre un complexe ministériel à
Mogadiscio, a fait au moins 82 morts et 120 blessées.
AFP 161517 PPP JUN 14


Nigéria : encore une attaque à Abuja

 Une forte explosion a retenti dans un centre commercial très fréquenté d'Abuja, la capitale fédérale du Nigeria. Pas de revendication mais la ville a déjà été plusieurs fois prise pour cible par les islamistes de Boko Haram, comme l'a rappelé l'agence nationale de premiers secours. Selon le porte-parole de la police, il y aurait au moins 21 morts et 17 blessés.

Mélissa Chemam pour RFI


Le Porte-parole de la police, Frank Mba, s'est exprimé devant la presse, pour annoncer ce premier bilan,
il a ajouté qu'une personne a été arrêtée.
Un des porte-parole du gouvernement a pour sa part confirmé un "attentat à la bombe".

Vers 16h heure locale (15h GMT) une explosion dans le centre commercial Emab Plaza, situé non loin du siège gouvernement, a été sigalé à l'Agence nationale de gestion des situations d'urgence (NEMA) selon Manzo Ezekiel, son porte-parole.

La police et l'armée ont bouclé la zone du centre commercial et les pompiers sont arrivés sur les lieux.
Les premières photos de l'incident montre que s'y s'élève encore une épaisse fumée noire.
Les opérations de secours ont très vite commencé : les blessés ont déjà été transportés hors du site.
Le site du quotidien le Vanguard rapporte que des dizaines de commerçants et clients étaient encore coincés dans le centre commercial en flamme en fin d'après-midi.

Les causes de la déflagration n'ont pas encore été exactement établies.
Mais selon la presse nigériane en ligne, une bombe placée dans une voiture de marque Volkswagen Golf rouge, garée entre les places Emab et Banex, aurait explosé ; son conducteur se serait échappé quelques minutes avant l'explosion.

La question se pose d'emblée : la secte Boko Haram est-elle impliquée? Rappelons que le groupe a multiplié les attaques ces derniers mois, depuis l'enlèvement retentissant de plus de 200 jeunes filles originaires de Chibok, dans l'Etat de Borno.

Abuja a été la cible de deux attaques meurtrières du groupe islamiste armé Boko Haram ces deux derniers mois :
- l'une à la gare routière de Nyanya, le 14 avril, a fait 75 morts,
- l'autre a fait 19 morts le 1er mai dernier.



The DailyPost has just learnt that an explosion just went off in the Kasuwan Kuturu market in Adamawa State. Confirming the incident, the state Commissioner of Police, John Abakasanga, told newsmen on Wednesday that the explosion was targeted at a police patrol team. The police boss further added that no life was lost in the attack.

Soudan : faux départ pour Meriam Ibrahim...

Au Soudan, Meriam Yahia Ibrahim Ishag a été de nouveau retenue mardi en début d'après midi heure locale, puis libérée. Libérée hier après que la Cour d'appel ait annulé sa condamnation pour apostasie, elle a été retenue par les forces de sûreté nationale avec son mari à l'aéroport de Khartoum alors qu'ils espéraient quitter le pays pour les Etats-Unis. Mais de son côté, Washington a démenti une arrestation et parle de simple contrôle de visas avant leur départ. 

Mélissa Chemam pour RFI


Soudan: la chrétienne libérée de nouveau brièvement retenue

mediaVue arienne de Khartoum, au Soudan.Getty Images/ Robert Caputo

Selon ses avocats qui l'accompagnaient à l'aéroport mardi, vers 13h heure du Soudan, "alors que Meriam et son mari espéraient quitter le Soudan, ils ont été arrêtés par des membres des forces de sécurité nationale au sein de l'aéroport".

Al Sharif Ali Muhamed, avocat de Meriam Ibrahim raconte :

"J'étais à l'aéroport, j'accompagnais Meriam et Daniel pour leur dire au revoir. Et alors que nous arrivions, les forces de la sécurité nationale ne nous ont pas autorisé à rester avec eux et nous ont demandé de quitter l'aéroport. Nous n'avions pa le choix donc moi et d'auters avocats sommes partis tout en les voyant avec les forces de  de sécurité. Et donc vers 13h heure du Soudan, alors que Meriam, sa famille et son mari espéraient quitter le soudan, ils ont été arrêtés et placés en détention des membres des forces de sécurité nationale au sein de l'aéroport. On ne les a pas autorisé à voyager et leur documents d'identité et de voyage ont été confisqués. Ils ont ensuite été emmenés dans un autre centre de détention.
Ils n'ont donné aucune raison à cette arrestation ; ils les ont arrêtés sans donner de justification!"

Ils ne les ont pas autorisés à voyager et leur documents d'identité et de voyage ont été confisqués.
Depuis, en fin de journée, le Département d'Etat américain a assuré que l'incident n'était pas une arrestation et que la famille de Meriam Ibrahim espère toujours partir pour les Etats-Unis.

Accusée d'apostasie pour avoir épousé un chrétien, Meriam Ibrahim, 26 ans, avait été détenue plusieurs semaines en prison et condamnée à 100 coups de fouet.
Enceinte, elle avait même dû accoucher d'une petite fille dans la prison pour femme d'Omdurman 12 jours après sa condamnation. Au terme d'un tollé médiatique, la Cour d'appel de Khartoum l'avait finalement jugée non coupable et libérée lundi.

Son mari, Daniel Wani étant un citoyen américain originaire du Soudan du Sud, Washington assure que la famille est attendue aux USA dans les jours qui viennent.

Al Sharif Ali Muhamed, l'un de ses avocats, s'est dits inquiet de cette intervention arbitraire et injustifiée :

 "La Cour d'appel a déclaré Meriam innocente. Selon la Cour elle n'a commis aucun crime.Si les forces de sécurité sont en désaccord, il leur faudra saisir la Cour suprême du Soudan. Car à présent, on ne compte plus les violations des droits dans cette affaire, du droit soudanais mais aussi international et humanitaire. Selon le droit soudanais, notamment le droit pénal et la loi 126 en particulier, l'apostasie est un crime et qui est né de père musulman doit êter considéré musulman, mais dans le cas de Meriam c'est différent car son père était certes musulman mais il est décédé quand elle avait seulement deux ans et elle a été élevée par sa mère chrétienne. Enfin, la constitution soudanaise défend la liberté religieuse".

La famille aurait quitté l'aéroport vers 20h mardi soir. Il semble en tout cas qu'elle soit désormais sous protection directe des autorités américaines.


Kenya : enfin un procès dans l'affaire du viol de la jeune Liz

Le procès des violeurs présumés de 'Liz' s'est ouvert ce mardi (24 juin) à Busia dans l'ouest du Kenya.

L'affaire avait fait scandale au Kenya en 2013 : violée par plusieurs hommes en 2013, à 16 ans, Liz a vu les agresseurs condamnés à ... tondre la pelouse du commissariat de la ville par la police, qui les a relâché après les avoir arrêtés et interrogés.

Après les efforts de nombreuses associations locales, un des six coupables présumés a finalement été traduit en justice en février dernier et le procès s'est ouvert ce mardi.
Liz (pseudonyme) a témoigné à huis clos ainsi que sa mère, selon les militants pour la défense des droits des femmes présents.

Violée, battue, puis laissée inconsciente dans une fosse sceptique au moment des faits, la jeune femme aujourd'hui âgée de 17 ans est considérée comme un témoin fragile mais a néanmoins relaté les faits en une seule journée, la première du procès.

Après l'audience, le procès a été ajourné au 8 août prochain.

Selon les ONG de défense des droits des femmes au Kenya, les viols sont trop souvent négligés par le système judiciaire du pays, peu pris au sérieux par la police. Les cinq autres suspects sont en fuite, mais l'accusation a ordonné qu'ils soient poursuivi et traduits en justice.


Nouvelle attaque au Kenya

Des hommes armées ont lancé une attaque au Kenya dimanche soir, dans la ville côtière de Mpeketoni. Les autorités n'ont pas confirmé s'il y a des victimes, mais des témoins parlent de plusieurs morts. Selon le porte-parole de l'armée kényane, il pourrait s'agir d'assaillants membres des "shebab", les islamistes somaliens liés à Al-Qaïda. L'armée assure que des avions et hélicoptères poursuivent ce soir les assaillants.

Mélissa Chemam

Selon le commandant Emmanuel Chirchir, porte-parole de l'armée kenyane, les hommes armés ont ouvert le feu vers 20h heure locale sur deux mini-bus de Mpeketoni, une ville du bord de l'océan indien, proche de la presqu'île de Lamu.

Ils auraient alors commencé à tirer "sur les gens autour" d'eux, et mis le feu à un poste de police, selon le site du quotidien le Standard.
Ils auraient ensuite attaqué au moins deux hôtels de la station balnéaire.
Des habitants ont alors fui vers la forêt.
Un témoin a rapporté à des journalistes du site avoir vu le corps d'au moins six morts.

Selon les premières informations de la police, les assaillants seraient arrivés dans la ville à bord d'un véhicule dérobé dans une ville voisine.
Ils auraient également volé des armes dans la région.
Des informations qui restent à confirmer.

Très rapidement, sans donner d'éléments précis, le porte-parole de l'armée a ajouté que les assaillants étaient soupçonnées d'être des islamistes, membres des milices al shebab, les islamistes somaliens liés à Al-Qaïda, qui ont déjà revendiqué l'attentat contre le centre commercial Westgate de Nairobi, qui a fait plus de 65 morts en septembre dernier.

La région de Lamu est un haut-lieu du tourisme kenyan, connu pour son architecture classée sur la liste du patrimoine de l'Humanité de l'UNESCO.

Libye : dimanche de combats à Benghazi

Des combats opposaient dimanche les forces du général dissident Khalifa Haftar à des groupes islamistes à Benghazi, dans l'est de la Libye. Ils ont fait au moins 8 morts et 15 blessés, selon des sources médicales et militaires.
Le général dissident Khalifa Haftar a échappé le 4 juin dernier à un attentat suicide à la voiture piégée contre un de ses quartiers généraux dans lla même ville de Benghazi, dans lequel trois de ses hommes ont péri. Il a lancé une guerre contre les islamistes depuis près d'un mois.

Mélissa Chemam pour RFI


Selon les témoins, ce sont les paramilitaires de Khalifa Haftar qui ont lancé l’offensive, à partir de 7 heures du matin, heure locale, dimanche matin.
Des tirs à l’arme lourde ont été entendus et les combats ont fait fuir plusieurs familles de civils dans les localités de Sidi Farj et Al-Hawari, à l’ouest de Benghazi. Ils ont également provoqué des coupures de courant.

Le porte-parole du mouvement d’Haftar, Mohamed el-Hejazi, a confirmé à l’agence Reuters que le groupe a lancé des roquettes et avancé en tank dans la ville. Des témoins ont également fait part de forces aériennes.

Cinq soldats des troupes d’Haftar ont trouvé la mort, 12 ont été blessés, ainsi qu’au moins deux civils selon plusieurs hôpitaux de Benghazi.

Les partisans des miliciens islamistes dénoncent quant à eux l’attaque et les intentions de Khalifa Haftar, comme celles d’un opportuniste qui utilise le lutte contre les milices comme un prétexte pour poursuivre ses intérêts personnels.

En fin de journée, le calme était revenu, mais certains quartiers de la ville restaient touchés par des coupures d’électricité et des tirs sporadiques étaient encore entendus. L’aéroport de Benghazi reste, lui, fermé, comme depuis plusieurs semaines.

Le général dissident Haftar, ancien proche de Kadhafi qui s’est retourné contre l’ancien dictateur en 2011, a lancé une offensive contre les groupes dits terroristes et principalement Ansar Al Charia mi-février, entouré de sa propre armée, un mouvement dont les autorités de Tripoli nient la légitimité.

Jusqu’à présent, l'opération n’avait impliqué que de brefs raids aériens.
Elle ne semble pas terminée.




Maroc: la campagne de régularisation des sans-papiers mal engagée

mediaUne file d'attente de migrants devant le gouvernorat de Rabat, au Maroc, le 2 janvier dernier. (photo : REUTERS/Stringer)

Au Maroc, l'association de défense des migrants, le Gadem, a dévoilé les chiffres de l’opération de régularisation des étrangers en séjour irrégulier entamée début 2014. Des chiffres qu’elle juge inquiétants.
Le 1er janvier 2014, le Maroc a lancé une campagne pour régulariser les migrants clandestins présents dans le pays. Mais alors que l'opération doit prendre fin le 31 décembre 2014, la lenteur des procédures et la proportion très faible de migrants qui voient leurs demandes de permis de séjour refusées révèlent un échec à venir. Seuls 7,4 % des 15 500 demandes ont pour l'instant été acceptés par les 84 commissions mises en place dans tout le pays, soit 1 150 demandes en six mois.
Selon Hicham Rachidi, directeur du Gadem, ces chiffres lèvent le voile sur une campagne très mal engagée et remettent en question les critères établis pour l'octroi du droit de séjour.
Ces critères ont introduit aussi des contraintes qui n'existent pas dans la loi. Par exemple, les conjoints de Marocains ou de Marocaines doivent être automatiquement régularisés, conformément à la loi. Les critères ont introduit au moins deux années de vie commune.
Hicham RachidiDirecteur du Gadem15/06/2014 - par Mélissa ChemamÉcouter

Elections en Tunisie : les partis ont tranché

De nombreux tunisiens attendaient cette étape décisive pour l'avenir politique du pays :
après des mois de tergiversations, les partis politiques tunisiens se sont mis d'accord vendredi pour tenir les élections législatives puis la présidentielle avant la fin de l'année. Une majorité de deux tiers a voté pour la tenue des législatives avant la présidentielle.
Ce compromis doit permettre de fixer les dates définitives de ces scrutins, selon le médiateur.
L'ordre des élections faisait l'objet d'âpres disputes entre les différents partis. 

Mélissa Chemam pour Rfi

Pour les islamistes d'Ennahda, majoritaires à l'Assemblée nationale constituante, l'ANC, il était évident que les législatives devaient avoir lieu avant la présidentielle. Pour la plupart des opposants, c'est l'inverse qui devait s'imposer.
Le bâtonnier Mohamed Fadhel Mahfoudh, médiateur des négociations, a indiqué que 12 des 18 formations représentées aux pourparlers ont finalement voté pour la tenue des législatives avant la présidentielle vendredi soir.

L'ANC doit à présent voter la loi fixant les dates des scrutins, en concertation avec l'Isie, l'instance chargée d'organiser les élections.
Le calendrier précis est censé être adopté avant le 23 juin, date du début des inscriptions sur les listes électorales. On s'attend à des scrutins fin octobre au plus tôt, plus probablement en novembre.

Mais tout n'est pas réglé pour autant.

Pour les experts du droit constitutionnel, la fixation de ces dates d'élections n'a déjà que trop tarder.
Le président de l'Isie même, Chafik Sarsar, a critiqué samedi matin les déchirements de la classe politique tunisienne, évoquant de potentielles conséquences dangereuses pour le"processus de transition" vers la démocratie.

Mais l'opposition, elle, dénonce un choix électoraliste : pour Nidaa Tounes, Ennahda cherche à affaiblir son opposant principal. Nidaa Tounes pense qu'il aurait toutes les chances d'emporter le scrutin présidentiel, s'il avait lieu en premier -  et que ce calendrier aurait favorisé l'obtention d'une majorité claire au Parlement.

L'organisation d'élections avant fin 2014 avait été décidée par un accord qui a mis fin à la crise politique déclenchée par les assassinats de deux opposants en 2013. Mais ces scrutins interviendront déjà plus de trois ans et demi après la révolution de janvier 2011.



Le secrétaire général du mouvement Nidaa Tounes, Taieb Baccouche, a estimé que la décision relative à la tenue des élections législatives avant les présidentielles, dans le cadre du Dialogue National, n'est pas consensuelle.
Il a ajouté que le mouvement ne s'y opposera pas, et que le Conseil national du parti comme prévu se tiendra ce dimanche.


South Sudan: Human Rights Watch warns about impunity

Negotiations, Peace Agreement Should Ensure Justice
JUNE 9, 2014
(Nairobi) – South Sudan’s peace talks should proceed on the basis that justice for serious crimes is an essential part of any peace agreement, Human Rights Watch said in a letter addressed to the mediators that was released today. The mediators should ensure that there is no amnesty for those responsible for serious crimes committed in violation of international law, Human Rights Watch said.

Peace negotiations are scheduled to resume in Addis Ababa, Ethiopia, on June 9, 2014, mediated by the Intergovernmental Authority on Development (IGAD), an East African regional body.

“The devastating crimes of the conflict in South Sudan have their roots in the lack of justice for brutal crimes during the long war,” said Daniel Bekele, Africa director at Human Rights Watch. “The mediators need to break with the past by ensuring that amnesty for serious crimes is not on the table.”

South Sudan’s conflict began in the capital, Juba, in mid-December 2013 but has spread across much of the country. A January 23, 2014, cessation of hostilities agreement signed by both parties to the conflict in the early days of the talks has been repeatedly broken. IGAD has since sent teams of observers to South Sudan to monitor compliance with cessation of hostilities agreement. 

Human Rights Watch research since December 2013 has found that forces from both sides have been responsible for serious violations of international human rights and humanitarian law, including war crimes and potential crimes against humanity. There has been widespread targeting of civilians, often because of their ethnicity, including in gruesome massacres. Forces on both sides have also committed massive looting and destruction of civilian property, including many medical and humanitarian facilities that people need to survive, which under the laws of war enjoy protection from attack. 

The United Nations Mission in South Sudan, in a May 2014 report, said that there are “reasonable grounds to believe that crimes against humanity have been committed during the conflict by both Government and opposition forces.”

International law is clear on the need for justice for serious crimes. International treaties including the 1949 Geneva Conventions, which South Sudan has ratified, require parties to a conflict to ensure that people allegedly responsible for serious crimes are prosecuted. Both the UN and the African Commission on Human and People’s Rights have issued principles against amnesty for serious crimes in peace deals.

Human Rights Watch experience over the past 20 years in many countries suggests that peace without justice often fosters renewed cycles of violence. There has never been accountability for serious crimes in Sudan, including in the 2005 Comprehensive Peace Agreement, which ended the long civil war in Sudan and eventually led to the creation of South Sudan as an independent nation. The memory of the crimes committed during the civil war and the lack of accountability helped fuel the current crisis.

By contrast, fair and credible prosecutions of serious crimes build respect for the rule of law.

“The talks need to address the needs of victims and the importance of justice to long-term peace and security for South Sudan,” Bekele said.

Algérie : Deux ans ferme pour le Youcef Ouled Dada à Ghardaïa, pour avoir filmé des policiers voleurs...

La justice algérienne a condamné mardi à deux ans de prison ferme l'homme accusé d'avoir filmé et diffusé la vidéo de trois policiers en train de voler pendant les heurts communautaires à Ghardaïa, dans le sud du pays.
L'affaire remonte à novembre 2013.

Le prevenu, Youcef Ouled Dada, était poursuivi pour "publication de photos et de vidéos qui touchent à l'intérêt national" et pour "outrage à corps constitué".
Il a toujours nié avoir réalisé cette vidéo, assurant l'avoir seulement partager sur le site Facebook...

Outre la peine de deux ans de prison, il devra s'acquitter d'une amende de 100.000 dinars (l'équivalent de 1.000 euros).

Le procureur avait requis la semaine passée trois ans de prison ferme contre le prévenu, un Mozabite de 47 ans, qui se trouve en détention depuis le 27 mars.

L'un de ses avocats, Me Amine Sidhoum, a annoncé que son client allait faire appel. Selon lui, le sentence est bien trop lourde et l'affaire a tourné au procès politique.

Selon Me Sidhoum, le jugement est trop sévère et "ne va pas contribuer à calmer la situation", surtout qu'au lieu d'enquêter sur la réalité des faits, la justice algérienne a de plus en plus tendance à poursuivre les personne qui les dénoncent", bafouant les droits élémentaires des justiciables ; il rappelle d'autres cas du même genre...


A écouter demain matin sur RFI Afrique.


Kafka on reading

Kafka on Books and What Reading Does for the Human Soul

How to melt “the frozen sea within us.”
“Reading is the work of the alert mind, is demanding, and under ideal conditions produces finally a sort of ecstasy,” E.B. White wrote whilecontemplating the future of reading in 1951. Indeed, the question of why books matter and what reading does for the human spirit has occupied minds great and little, from Carl Sagan’s beautiful meditation in Cosmos to the 9-year-old girl whose question about why we have books I once answered. But perhaps the best articulation of what books do for the soul comes from a mind often painted as dark and depressive, yet capable of extraordinary sensitivity to the beauty of life: Franz Kafka.
In a November 1903 letter, found in the altogether enchanting compendiumLetters to Friends, Family and Editors (public library), 20-year-old Kafka writes to his childhood friend, the art historian Oskar Pollak:
"Some books seem like a key to unfamiliar rooms in one’s own castle".
- -
Quote from Brainpicking.com:
A few months later, in January of 1904, he expounds on this sentiment in another letter to Pollak:

"I think we ought to read only the kind of books that wound and stab us. If the book we’re reading doesn’t wake us up with a blow on the head, what are we reading it for? So that it will make us happy, as you write? Good Lord, we would be happy precisely if we had no books, and the kind of books that make us happy are the kind we could write ourselves if we had to. But we need the books that affect us like a disaster, that grieve us deeply, like the death of someone we loved more than ourselves, like being banished into forests far from everyone, like a suicide. A book must be the axe for the frozen sea inside us. That is my belief."

Complement Letters to Friends, Family and Editors with the illustrated gem Kafka for kids, then revisit Maurice Sendak’s little-known and lovely posters celebrating books and reading.


Nigéria : presse versus sécurité...

Au Nigéria, quatre quotidiens affirment que leur édition de vendredi ont été saisie pour raisons de sécurité par l'armée. Un hebdomadaire a annoncé ce samedi avoir également été empêché de distribuer ses magazines dans plusieurs régions du pays. Ces plaintes interviennent au lendemain d'une "opération de sécurité" menée par l'armée visant notamment les véhicules de livraison de quatre quotidiens nationaux.

L'un des quotidiens affirment qu'un de ses bureaux a été mis à sac par l'armée. Le porte-parole de l'armée nigériane a confirmé les saisies et affirmé que les militaires fouillent les véhiculent transportant des journaux à Abuja, la capitale, pour des raisons de sécurité. 

Mélissa Chemam pour RFI 

Le groupe de presse nigérian Media Trust Limited a annoncé dans l'après-midi que "l'armée nigériane a empêché ce samedi la distribution et la vente de Weekly Trust, l'édition du samedi de son quotidien The Daily Trust, dans plusieurs régions du pays". Cela s'ajoute aux arrêts des distributions du quotidien, et de trois autres parmi les plus importants du pays : le Nation, The Leadership et le Punch, depuis vendredi.

Selon les rédacteurs en chef du Nation, les soldats se sont introduits sur le principal site de distribution du journal vendredi matin, dans la capitale fédérale Abuja, empêchant ainsi les distributions du quotidien.
Les militaires étaient à la recherche de matériel dangereux et de munitions notamment dans les camions de distribution.

Selon les responsables du Weekly Trust, les militaires n'ont trouvé "aucun élément compromettants" ce samedi, mais "ont tout-de-même empêché (les) commerciaux de distribuer" l'hebdomadaire.
Le même type d'opération s'est produit au centre de distribution de Kano, la plus grande ville du nord du Nigeria, et dans plusieurs autres régions du pays, selon le groupe de presse. Celui-ci souligne avoir publié une enquête compromettante mercredi dernier dans son quotidien le Daily Trust, accusant des généraux de l'armée d'occuper des locaux militaires, à Abuja, pour un usage personnel.

Selon le Porte-parole des armées, Chris Olukolade, ces assauts n'ont pourtant rien à voir avec le contenu des journaux, même si ceux-ci sont souvent critiques des stratégies de l'armée. L'opération a été menée pour des raisons de sécurité : ces convois sont soupçonnés d'être utilisés par des groupes armés pour transporter illégalement des armes. Les contrôlent concernent d'ailleurs tout type de véhicules nous a-t-il précisé il y a une heure.

Le syndicat des journalistes du Nigéria, le NUJ, affirme que ces mesures sont inacceptables, alors que la presse subit régulièrement le harcèlement des autorités. Il demande des excuses du ministère de la Défense, parlant de méthodes qui rappellent les pires moments de la dictature militaire.

Côte d'Ivoire : difficile tournée de la réconciliation... sur RFI :


Le FPI en colère de n’avoir pas pu rencontrer Simone Gbagbo

mediaSimone Gbagbo en 2009.AFP PHOTO/ SIA KAMBOU
En Côte d’Ivoire, le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l’ancien président Laurent Gbagbo, est en colère. Alors qu’une délégation de ce parti devait rencontrer en principe ce vendredi après-midi à Odienné, dans le nord du pays, Simone Gbagbo, l’épouse de l’ancien chef de l’Etat, les autorités l’en ont empêché invoquant des problèmes de sécurité.
« C’est une situation grave dans ce contexte de décrispation et de normalisation », a déclaré Pascal Affi N'Guessan, le chef du FPI, lors d’une conférence de presse à Touba, une ville qui se situe à 150 kilomètres au sud d’Odienné. Après avoir tenté d’obtenir le sauf-conduit pour rendre visite à Simone Gbagbo jusqu’à tard la nuit dernière, le président du FPI a donc été contraint de renoncer à l’étape d’Odienné et de rester dans la région du Bafing, où il termine une tournée d’une semaine.
Manœuvre du pouvoir pour le FPI
Il a souligné que c’était la quatrième fois qu’on lui refusait l’accès d’une localité à forte implantation du Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire (RDR), le parti du président Ouattara. Cela signifie, selon Pascal Affi N’guessan, que le parti au pouvoir ne veut pas s’engager complètement dans le processus de normalisation et de réconciliation.
L’ancien Premier ministre a insisté pour dire que ce ne sont pas les habitants d’Odienné qui sont contre sa visite à Simone Gbagbo, mais plutôt le parti au pouvoir qui organise l’hostilité et les mouvements de ces militants, « une façon d’empêcher l’opposition d’exister là où elle a peu d’audience ». Le président du FPI demande au pouvoir de prendre ses responsabilités et de veiller à ce que la libre circulation des leaders politiques ne soit plus entravée sur l’ensemble du territoire.
C'est le parti au pouvoir qui organise l'hostilité.
Pascal Affi-NguessanPrésident du FPI07/06/2014 - par Stanislas NdayishimiyeÉcouter
De son côté, le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné, explique que c'est bien la situation sur place, tendue du fait des souffrances passées endurées par la population, qui bloque le passage de la délégation du FPI.
Il ne s'agit pas d'une décision prise par le gouvernement.
Bruno KonéPorte-parole du gouvernement ivoirien07/06/2014 - par Mélissa ChemamÉcouter


Drame de l'immigration dans le Golfe d'Aden

Soixante migrants somaliens et éthiopiens, ainsi que deux Yéménites membres de l'équipage, se sont noyés le 31 mai au large des côtes du Yémen, c'est ce qu'a annoncé ce vendredi le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).
 Ce naufrage est, depuis le début de l'année, "le plus meurtrier" pour des migrants africains essayant de rejoindre le Yémen via la Mer Rouge et le Golfe d'Aden, selon le porte-parole du HCR, Adrian Edwards.

Adrian Edwards, porte-parole du  HCR (à Genève) :

"Samedi dernier, nous avons appris qu'un accident avait eu lieu dans le détroit entre le Yémen et les côtes somaliennes et érythréennes, des corps ont été retrouvés sur le rivage, ils ont été ramassés par des villageois qui les ont enterrés. Et il est apparu clairement que l'accident était sérieux : 62 personnes sont mortes ; la plupart des victimes viennent de Somalie et d'Ethiopie, même si deux d'entre elles sont des membres yéménites de l'équipage.
Ce qui est certain, c'est qu'il s'agit du plus grave incident de ce genre depuis le début de l'année, pas seulement pour le cette région très dangereuse mais aussi pour l'ensemble des régions du monde où le HCR travaille.
Cette zone est devenue une route de plus en plus fréquentée par les migrants quittant la Corne de l'Afrique, certains cherchant à demander l'asile, d'autres à émigrer, mais c'est un voyage très dangereux car la plupart d'entre eux finissent entre les mains de trafiquants et de passeurs".


Adrian Edwards, porte-parole du  HCR (à Genève), ces migrants se trouvent confrontés à une situation très peu accueillante au Yémen mais malgré cela l'émigration prend un tournant de plus en plus économique :

"Le Yémen se trouve dans une situation qui ne lui permet pas d'accepter facilement des migrants. Des migrants continuent d'y arriver de la Corne de l'Afrique mais le pays connaît des problèmes d'insécurité, des problème de déplacés internes notamment dans le nord du pays ; cela n'en fait pas un environnement idéal pour arriver. 
Ce qui se passe depuis plusieurs années est le renforcement de ce flot d'arrivées par la mer rouge et le Golfe d'Aden de la Corne de l'Afrique vers le Yémen. Le nombre de passage a atteint un chiffre record l'an dernier ; les chiffres sont un peu retombés cette année.
Mais on remarque aussi un changement dans les candidats à cette émigration : il y a quelques années, la plupart des migrants venaient de Somalie, maintenant on voit de plus en plus d'Ethiopiens. 
Il s'agit d'un changement de fond, avant les migrants étaient des demandeurs d'asile et des réfugiés, à présent les migrants sont de plus en plus souvent des personnes cherchants à émigrer pour des raisons économiques qui espérent trouver du travail dans le Golfe persique et même au-delà".


Adrian Edwards, porte-parole du  HCR (à Genève)
joint pour RFI par mélissa Chemam