30/04/2014

My story from Bangui on WFP's website: "Children Hit Hardest By Hunger Crisis In C.A.R."


Children Hit Hardest By Hunger Crisis In C.A.R.

Published on 30 April 2014


While the recent violence has wrecked countless lives in C.A.R., its effects have hit children the hardest. Forced to flee their homes and abandon school, they often find their parents now cannot feed them adequately. Children are more likely to die from malnutrition than from bullets in this crisis. WFP is working to address this threat in places like the Boy Rabe health centre in Bangui.
by Melissa Chemam

Sandrine and Brayane wait for food and treatment at the Boy Rabe health centre in Bangui.
(Copyright: WFP/Melissa Chemam)

BANGUI – Sandrine, a mother of two, has come to the Boy Rabe health centre in Bangui to seek treatment for her younger child, Brayane, who is malnourished. She queues patiently in a long line of mothers awaiting treatment and food rations for their children.
“I have no job, and my husband left months ago for Brazzaville, in Congo. But he cannot send us much money,” explains Sandrine.
“I have no more help - my parents died before the crisis and I live with my two children, sister and grand-mother in Boy Rabe. I used to harvest some manioc from her fields, but it is not safe anymore. We completely depend on the centre for food.”
The Boy Rabe centre in northwest Bangui -- is the only place Sandrine and other mothers can access food. It is run by the NGO Les Amis d’Afrique. WFP and its partners provide milk, food rations and two meals a week for families who use the centre. Children like Brayane, who suffer from moderate acute malnutrition, also receive specialised treatment from Action Contre La Faim.
Another mother waiting patiently with Sandrine is Viviane (see photo left) who is visiting the centre with her sick son John Peter. She explains that her husband was killed in the violence and that the family was forced to flee after their Bangui home was burnt and looted.

Food for family

“We had no choice but to leave,” she says. “Now we live with my late husband’s family. But none of us has any work”.
A former shopkeeper, Viviane intends to work as soon as possible. In the meantime she visits the centre daily with John Peter who receives milk in the morning, as well as cereals and sardines. Along with other mothers at the centre, she also receives rice, maize and beans to take home to the rest of her family.
Even before the crisis began, malnutrition rates in C.A.R. were among the worst in the world. Almost half of children under five suffered from stunted growth (a condition caused by malnutrition), and 25 percent were underweight. The conflict has only made matters worse, with C.A.R.’s only pediatric hospital registering a 62 percent increase in the number of children hospitalized with severe acute malnutrition compared to the previous year.
Since January, WFP has provided supplemental nutrition support to approximately 25,000 malnourished children each month, offering some hope to mothers like Viviane:
“Now, we are only praying for peace,” she says. “We need security forces – we will get the country back on track.”

29/04/2014

Month of May



Ah, I'm in such a good mood today! Though news in the Central African Republic remains grim, I am just full of joy and hope. Because we have to...

One of my favourite months (with September) is coming. And this week, Wednesday will feel like a second Friday, one of my favourite days.

Favourite? It does not mean much apart from a feeling of happiness... To celebrate, aone of my "favourite" songs, Arcade Fire's 'Month of May'.

Cheers from Bangui.



28/04/2014

TENSIONS A BANGUI



Plus d'infos sur Twitter bientot:

https://twitter.com/melissachemam


On rapporte une situation sécuritaire "très tendue au 

niveau du Km5" a


Situation qui risquerait de s'envenimer dans la soiree.


Food distribution in Bangui, 3e arrt



St Joseph de Mukasa church, quartier Cattin, 3eme arrt.

WFP still provides food for thousands of displaced in Bangui, as here in Cattin neighbourhood, in the 3rd district of the capital, where people from the PK5 area are still living, because of the lack of security.

The food provided by WFP is distributed, by the Danish Refugee council, DRC, an NGO based in Denmark.


WFP and DRC employ local IDPs (internally displaced people) to work on the distribution:


Hundreds of families are still living in the camp, sometimes only a few meters away from their house, looted and destroyed during the pick of the crisis:



Anne is from C.A.R and now works with DRC to help her fellow citizens:



Families are provided with two bags of 50 kg:






--


Muslim world organisation coming to Central African Republic

AP reporting in this Turkish newspaper:

http://www.todayszaman.com/news-346274-turkeys-davutoglu-muslim-world-body-heading-to-c-african-republic.html


Turkey's Davutoğlu, Muslim world body heading to C. African Republic

April 27, 2014, Sunday/ 16:53:26/ AP
The world's largest bloc of Islamic countries is sending 14 delegates to the Central African Republic on Tuesday to lead a fact-finding mission, express solidarity with Muslims and contribute to any peace talks in the country, wracked by sectarian bloodshed. 

The Organization of Islamic Cooperation says delegates will be in the capital, Bangui, for three days. Guinea's Foreign Minister Lounceny Fall will head the delegation, which will include Turkey's foreign minister and diplomats from some of the 57 member-states, as well as OIC Secretary-General Iyad Ameen Madani and the body's special envoy to the Central African Republic, Sheikh Tidiane Gadio. 

The OIC said Sunday in a statement to The Associated Press that the delegates are expected to meet with interim President Catherine Samba-Panza, the prime minister and foreign minister, as well as Muslim and Christian religious leaders. 

Central African Republic exploded into violence in early December amid mounting resentment toward a Muslim rebel government that had seized power in March 2013 by overthrowing the president of a decade. The rebel leader-turned-president had little control over his forces, who were blamed for raping, torturing and killing civilians particularly among the country's Christian majority. 

Once the government fell in January, Christian militia fighters began attacking Muslim civilians, prompting tens of thousands to flee the country and leaving an untold number dead. At one point earlier this year, Muslims were being killed by Christian mobs in the streets on a near-daily basis. 

The OIC visit follows on the heels of UN Secretary-General Ban Ki-moon, who was in Central African Republic earlier this month. He warned that ethno-religious cleansing is a reality and that most members of the Muslim minority have fled.  

Centrafrique : Attaque sanglante contre une ville du nord du pays


Et dernieres infos hors Bangui :
RCA

Centrafrique: attaque sanglante contre des locaux de MSF

mediaMédecins sans frontières compte 2300 employés en Centrafrique.REUTERS/Andreea Campeanu
Au moins 22 personnes, dont trois employés locaux de Médecins sans frontières, ont été tuées dans une attaque commise samedi à Nanga Boguila, à environ 450 km au nord de Bangui.
Selon nos premières informations, des hommes armés ont attaqué le centre médical de MSF dans la localité de Nanga Boguila. Ces hommes, soupçonnés d'être des membres de l'ex-Seleka, voulaient piller les locaux, d'après un responsable cité par l'agence Reuters. Au moment de l'attaque, les personnels de Médecins sans frontière tenaient une réunion avec les autorités locales et les leaders communautaires. Seize d'entre eux ont été tués, ainsi que trois personnels de l'ONG.
À Bangui, les responsables de MSF sont sous le choc. Depuis quelques semaines, les braquages et incidents armés visant les humanitaires se multiplient en Centrafrique. Début mars, un collaborateur du Comité international de la Croix-Rouge était tué par des hommes armés dans la ville de Ndélé.
MSF, toutes sections confondues, est une ONG particulièrement exposée aux risques. Présente dans une quinzaine de localités, elle compte 2 300 employés en RCA, dont 300 étrangers. Un responsable de l'ONG confiait ce dimanche que le drame de Nanga Boguila aurait des conséquences sur le travail des employés de l'organisation.

Bangui : Evacuations des musulmans de Bangui


Dernieres infos de Centrafrique :

RCA

Centrafrique: la Misca évacue 1300 musulmans de Bangui

mediaLa force africaine Misca a évacué les musulmans du quartier PK12 à Bangui, le 27 avril 2014.AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
La Misca a procédé ce dimanche à la mi-journée à l'évacuation des derniers musulmans bloqués depuis décembre dans l'enclave du PK12 de Bangui, la capitale centrafricaine. Le convoi a fait route vers deux villes du nord de la Centrafrique où cette population sera prise en charge et placée en sécurité.
 
Des camions à perte de vue, garés en file indienne sur la route droite, l’unique voie de sortie du nord de Bangui ; des camions bondés de valises, de bâches, de couvertures, de meubles en bois, de gros bidons jaunes, d’électroménagers en tous genres. Leur chargement a débuté aux premières lueurs du jour. Depuis des mois, tous attendent ce grand départ.
Les 1 300 derniers musulmans, piégés depuis décembre au cœur du quartier du PK12 ont quitté la capitale en direction des villes de Kabo et de Sido, près de la frontière tchadienne où ils seront pris en charge sur un site spécialement aménagé pour les accueillir.
La relocalisation de ces populations, victimes chaque jour d’attaques anti-balaka, a été prise en charge par l’ONU. Vingt-deux de ces musulmans ont été tués dans cette enclave ces quatre derniers mois.
Pendant le chargement, certains préfèrent brûler leurs affaires qu’ils ne peuvent pas emporter dans ce voyage. Une voiture est ainsi incendiée, de la fumée noire s’échappe là de la cour d’une concession. Mes à peine le convoi parti, des centaines de jeunes qui guettaient son départ derrière une barrière de sécurité tenue par les soldats de la Misca ont fondu sur ce site pour piller ce qui restait, désosser les maisons, voler au cri de messages anti-musulmans. 
Polémique
Il existe toujours une quinzaine d'enclaves au sud de la RCA où vivent entre 15 000 et 20 000 musulmans. Depuis un mois, la question de leur relocalisation divise les autorités et la communauté internationale. Pendant longtemps, la France fut réticente à mettre en œuvre une politique de relocalisation malgré l'instance des organisations humanitaires. Paris, tout comme les autorités de la transition, ne veut pas cautionner et encore moins participer à la logique d'épuration ethnico-religieuse mise en place par les anti-balaka. Paris et Bangui ont jusqu'alors privilégié une politique de sécurisation des populations et des enclaves.
Mais cette politique a montré ses limites. À Bangui, il ne se passe pas une semaine sans heurts, affrontements ou assassinats entre chrétiens et musulmans. Les défenseurs des droits de l'homme et les organisations humanitaires ont tiré la sonnette d'alarme, et Paris a suivi. Désormais, la priorité est de sauver des vies humaines. Lorsque les populations sont en danger, il faut les évacuer, affirme l'ambassadeur de France à Bangui.
Reste le gouvernement de transition qui feint d'ignorer la comptabilité macabre et refuse la politique de relocalisation. Ce gouvernement est pourtant dans l'incapacité d'assurer un minimum de sécurité. Un seul exemple, les dix chefs de bande anti-balaka arrêtés par la Misca en février dernier se sont évadés quelques semaines plus tard. Depuis, ils ont repris leurs activités sans que cela n'émeuve quiconque au gouvernement. 
Le gouvernement mis « devant le fait accompli », selon la ministre de la Santé
Le gouvernement n’a pas été informé de cette opération. Le gouvernement était en concertation avec la communauté humanitaire internationale en Centrafrique sur cette question. Le gouvernement n’avait pas encore notifié sa décision. Le gouvernement a été mis devant le fait accompli. Des dispositions sont déjà prises pour que de telles situations ne se reproduisent plus…

27/04/2014

Jean Willybiro Sako, candidat à la présidentielle en Centrafrique


Conférence de presse de l'ancien Ministre et Ambassadeur Jean Willybiro , candidat à la présidentielle en , donnée hier à Bangui :












--

Pour plus d'informations sur Twitter: , et sur sa page Wikipedia .


Lermontov, encore : "La Voile"


Écrit en 1831, « La Voile »... 


Une voile blanche et solitaire apparaît
Dans le brouillard bleu des mers.
 Que cherche-t-elle en terre lointaine ?
Qu’a-t-elle quitté dans son pays ?
Les vagues jouent, le vent siffle,
Le mât ploie et s’écrie ;
Hélas ! ce n’est pas le bonheur qu’elle cherche
Et ce n’est pas le bonheur qu’elle fuit !
Au dessous d’elle, un courant plus clair
que l’azur Au dessus d’elle, un rayon doré de soleil :
  Mais elle, rebelle, réclame la tempête,
Comme si dans les tempêtes se trouve la paix !

--

L'Original:

 Парус
Михаил Юрьевич Лермонто

Белеет парус одинокий
В тумане моря голубом!..
Что ищет он в стране далекой?
Что кинул он в краю родном?..

Играют волны – ветер свищет,
И мачта гнется и скрыпит…
Увы, – он счастия не ищет
И не от счастия бежит!
Под ним струя светлей лазури,
Над ним луч солнца золотой…
А он, мятежный, просит бури,

Как будто в бурях есть покой!

26/04/2014

Poésie du samedi : Mikhail Lermontov

Quand je te vois sourire...


Quand je te vois sourire,
Mon coeur s'épanouit,
Et je voudrais te dire
Ce que mon coeur me dit!
Alors toute ma vie
A mes yeux apparaît;
Je maudis, et je prie,
Et je pleure en secret.
Car sans toi, mon seul guide,
Sans ton regard de feu
Mon passé paraît vide,
Comme le ciel sans dieu.

Et puis, caprice étrange,
Je me surprends bénir
Le beau jour, oh mon ange,
Où tu m'as fait souffrir!...


25/04/2014

Poésie du soir





Quand tu aimes il faut partir
Quitte ta femme quitte ton enfant
Quitte ton ami quitte ton amie
Quitte ton amante quitte ton amant
Quand tu aimes il faut partir
Le monde est plein de nègres et de négresses
Des femmes des hommes des hommes des femmes
Regarde les beaux magasins
Ce fiacre cet homme cette femme ce fiacre
Et toutes les belles marchandises
II y a l’air il y a le vent
Les montagnes l’eau le ciel la terre
Les enfants les animaux
Les plantes et le charbon de terre
Apprends à vendre à acheter à revendre
Donne prends donne prends
Quand tu aimes il faut savoir
Chanter courir manger boire
Siffler
Et apprendre à travailler
Quand tu aimes il faut partir
Ne larmoie pas en souriant
Ne te niche pas entre deux seins
Respire marche pars va-t’en
Je prends mon bain et je regarde
Je vois la bouche que je connais
La main la jambe l’œil
Je prends mon bain et je regarde
Le monde entier est toujours là
La vie pleine de choses surprenantes
Je sors de la pharmacie
Je descends juste de la bascule
Je pèse mes 80 kilos
Je t’aime


Blaise Cendrars, Feuilles de route, 1924



23/04/2014

More pictures from Boy Rabe - Bangui - Centrafrique
























All about books


 It's been a very literary week so far, sorry for my Africanist and politist readers!


But today is apparently World Book Day / World Book Night in the UK, and William Shakespeare known date of birth and death... Time to celebrate English-speaking literature and the fabulous playright, don't you think?


Read today's Guardian :

World Book Night: Sonnets for Shakespeare's birthday - in pictures

Today is World Book Night and Shakespeare's birthday. In a joint celebration of both, the poet Don Paterson matched a Shakespeare sonnet to each of the 25 specially chosen titles to be given away up and down the country this evening
http://www.theguardian.com/books/gallery/2012/apr/23/world-book-night-shakespeare-birthday-in-pictures?INTCMP=ILCNETTXT3487


My choice:

For Pride & Prejudice by Jane Austen

Sonnet 116


Let me not to the marriage of true minds

Admit impediments. Love is not love


Which alters when it alteration finds,


Or bends with the remover to remove:


O, no! it is an ever-fixed mark,


That looks on tempests and is never shaken;


It is the star to every wandering bark,


Whose worth's unknown, although his height be taken.


Love's not Time's fool, though rosy lips and cheeks


Within his bending sickle's compass come;


Love alters not with his brief hours and weeks,


But bears it out even to the edge of doom.


      If this be error and upon me proved,


     I never writ, nor no man ever loved.




Not only is April 23 Shakespeare's birthday – his 450th this year – but it's a day when books are the centre of festivals and events around the world. 
In the UK and Ireland, today marks the celebration of World Book Night.This year, for the first time, individual readers are are being encouraged to register as community book givers and give a book away – be it to a friend or loved one, a member of their community or a complete stranger – to spread the love for literature.
Elsewhere, World Book Day takes place today, as organised by UNESCO, with festivities such as the Catalan Sant Jordi – to mark Saint George's day, in honour of Catalonia's patron saint. This "day of the book and the rose" is a Valentine's day of sorts in which streets are packed with stalls, and couples demonstrate their love by exchanging roses and books – giving publishers a massive boost along the way.
Also today, the title of World Book Capital will move from the hands of Bangkok to the Nigerian city of Port Harcourt.
Are you taking part in any of these literary activities? Show us how you are celebrating – or tell us what book you would give to someone you love. Share your stories and photos by clicking on the blue 'contribute' button. We will publish a selection.

  • GuardianWitness is the home of user-generated content on the Guardian. Contribute your video, pictures and stories, and browse news, reviews and creations submitted by others. Posts will be reviewed prior to publication on GuardianWitness, and the best pieces will feature on the Guardian site.

21/04/2014

Milan Kundera, la métaphore et l'amour...

Quelques citations :


 "Les métaphores sont dangereuses. L'amour commence par une métaphore. Autrement dit: l'amour commence à l'instant où une femme s'inscrit par une parole dans notre mémoire poétique".


et  aussi :


"Le seul moyen de sauver l'amour de la bêtise de la sexualité ce serait de régler autrement l'horloge dans notre tête et d'être excité à la vue d'une hirondelle". 

"Si l'excitation est un mécanisme dont se divertit le Créateur, l'amour est au contraire ce qui n'appartient qu'à nous et par quoi nous échappons au Créateur. L'amour, c'est notre liberté".

"Si nous sommes incapables d'aimer, c'est peut-être parce que nous désirons être aimés, c'est à dire que nous voulons quelque chose de l'autre (l'amour), au lieu de venir à lui sans revendications et ne vouloir que sa simple présence". 


Milan KUNDERA (L'insoutenable légèreté de l'être)



KUNDERA : LA CRITIQUE - POUR TOUTE LA CULTURE


Voilà au passage mon article - sur le site de Toute La Culture :

http://toutelaculture.com/livres/fictions/la-fete-de-linsignifiance-milan-kundera-au-sommet-de-son-art/


« LA FÊTE DE L’INSIGNIFIANCE », MILAN 

KUNDERA AU SOMMET DE SON ART


21 avril 2014 Par Melissa Chemam | 
Quatre personnages en quête d’auteur, en liberté, dans un Paris eternel autant fait de nostalgie que de déception, de contentement que de frustration, se baladent dans ce roman court, sorte un outsider littéraire, dont la recherche philosophique ne se prend jamais au sérieux, au grand jamais, mais rappelle en filigrane tous les thèmes parcourus dans l’œuvre de l’auteur né en Moravie, en 1929, alors Tchécoslovaquie, et exilé en France dans les années 1970. Un nouveau roman écrit en français, langue d’adoption de l’écrivain depuis les années 1980, qui ne se veut rien d’autres qu’un moment de jouissance de lecture. Déroutant et délicieux.
Note de la rédaction : 

Il n’est pas évident de se renouveler quand on est aussi attendu que Milan Kundera, porté aux nues en France, longtemps boudé en Tchécoslovaquie / République tchèque, et adulé et étudié aux Etats-Unis, l’auteur de ‘L’Insoutenable Légèreté de l’être’ et ‘La Plaisanterie’ n’a plus rien n’a prouvé, mais certainement encore des choses à dire.
Rien de plus plaisant que de retrouver le style d’un auteur adoré, tant lu, mais rien de plus grisant aussi que d’être – encore – dérouté par lui, après tant d’années de lecture. La Fête de l’insignifiance commence ainsi, par dérouter. Qui sont ces personnages à peine présentés, aux noms bizarres ? Que vont-ils faire, pas grand chose, semble-t-il ? Un certain Alain se promène au Jardin du Luxembourg et remarque que la mode de notre époque est à l’étalage des nombrils, par le port de vêtements courts… Il en tire une réflexion sur le sex-appeal, la séduction et les rapport hommes – femmes, un grand classique chez Kundera qui explore les thèmes de la course à l’amour et du donjuanisme depuis son premier recueil de nouvelles, Risibles amours, en passant par la superbe et incomparable Valse aux adieux, et bien sûrL’Insoutenable Légèreté de l’être.
Mais ici, il ne s’agit pas vraiment de cela. Alain rencontre un certain Ramon, un ami qui, lui, faiblit devant la longueur de la file d’attente qui va l’empêcher de profiter d’un moment d’esthétique attendu, la visite de l’exposition consacré au peintre Marc Chagall dans le Musée du Jardin. Ils croisent alors ensemble D’Ardelo, chez qui ils vont finir par se recroiser à une fête bien peu enthousiasmante…
A l’autre bout de Paris, Ramon rejoint ses amis Charles, qui rêvasse plus ou moins à l’écriture d’une pièce de théâtre pour marionnettes qui mettrait en scène sa vision absurde de la vie, et Caliban, un acteur au chômage qui sert de serveur dans des cocktails ringards pour gagner sa vie…
Une fois ses quatre gigolos entrés en scène, le narrateur nous guide : « Dans mon vocabulaire de mécréant, un seul mot est sacré : l’amitié. Alain, Ramon, Charles et Caliban, je les aime. C’est par sympathie pour eux qu’un jour j’ai apporté le livre de Khrouchtchev à Charles afin qu’ils s’amusent un peu». Un livre qui mentionne comment Joseph Staline s’amusait à pratiquer un humour absurde sur ses ouailles, qui n’osaient jamais rire avec le leader suprême, de peur de laisser croire qu’ils rient de lui… Les dés sont jetés.

Du sérieux au rire, et du plein au vide, avec philosophie, mais surtout un tourbillonnant sens de la dérision

Ainsi dans l’insignifiance du quotidien de ces quatre antihéros eux-mêmes insignifiants, se baladent le souvenir de l’Union soviétique juste avant le tournant post-stalinien, quelques théories sur la séduction, l’étude de l’insignifiance et son impact sur la capacité de chacun à trouver le bonheur, ainsi qu’une réflexion sur la place du rire et de l’absurde – autre thématique fondamentale chez Kundera – qui y consacra avec une profondeur unique le roman La Plaisanterie mais aussi le texte inclassable qu’est ‘Le Livre du rire et de l’oubli et le roman La Vie est ailleurs.
Tout cela, avec une légèreté comparable à l’image de la minuscule plume qui descend dans le salon de D’Ardelo lors de la fête où les quatre lurons se croisent, les uns invités plus ou moins malgré eux, les autres serveurs mais surtout observateurs de la vacuité de l’amusement moderne, de l’obligation d’étaler sa réussite et son bonheur autour de quelques verres d’alcool posés sur un plateau et offerts aux convives.
Le tout, en seulement 144 pages, donne un roman sur la quête de l’éternelle bonne humeur, inspiré d’une petite phrase d’Hegel, sur les relations mères – fils aussi, à travers la peur de Charles devant la maladie de sa chère mère, et la très sensible réflexion que conduit Alain, qui n’a jamais connu celle qui n’a jamais voulu de lui, à travers des discussions solitaires avec une mère imaginaire.
La vie, aperçue du point de vue de la fête de l’insignifiance est à l’image de la trajectoire de Caliban, qui «la dernière fois qu’on avait pu le voir sur scène, (…) incarnait le sauvage Caliban dans La Tempête de Shakespeare », et qui à présent gagne sa vie comme serveur dans des soirées privées et s’y amuse à s’inventer des identités nouvelles, allant jusqu’à créer une langue imaginaire. Une sorte d’ironie permanente mêlée d’acceptation philosophique. Une leçon pour notre monde trop rempli et pourtant surtout plein de vanité ?
« Regarde-les tous ! », s’exclame la mère imaginaire d’Alain dans la septième et dernière partie du livre alors qu’il s’en retourne au point de départ, le Jardin du Luxembourg, « au moins la moitié de ceux que tu vois sont laids. Etre laid, ça fait partie des droits de l’homme ? (…) Les droits que peut avoir un homme ne concernent que des futilités pour lesquels il n’y a aucune raison de se battre »… Et Ramon, de nouveau au même endroit devant sa file d’attente, ajoute, quelques pages plus loin : « Regarde-les ! Tu penses que, d’un coup, ils se sont mis à aimer Chagall ? Ils sont prêts à aller n’importe où, à faire n’importe quoi, seulement pour tuer le temps dont ils ne savent que faire »…

Désillusion ? Non, conscience de « l’illusion de l’individualité », concluent, en échos à son questionnement sur le nombril, Alain et Ramon à l’unisson.
--
Milan Kundera, La Fête de l’insignifiance, Editions Gallimard,15,90 euros. 144p., sortie le 01/04/2014.
visuel : Bannière gallimard