30/03/2014

DOULEUR EN CAPITALE

 Je relis Paul Eluard, une envie dans l'air du temps...


Capitale de la douleur


Poésie

"Ta chevelure d'orange dans le vide du monde
Dans le vide des vitres lourdes de silence
Et d'ombres où mes mains nues cherchent tous tes reflets.

La forme de ton coeur est chimérique
Et ton amour ressemble à mon désir perdu.
O soupirs d'ambre, rêves, regards.

Mais tu n'as pas toujours été avec moi. Ma mémoire 
Est encore obscurcie de t'avoir vu venir
Et partir. Le temps se sert de mots comme l'amour."





21/03/2014

FACES FROM BANGUI: IDPs FROM SAINT-JEAN DE GALABADJA


Beautiful encounters at Saint-Jean de Galabadja in Bangui, one day after the visit in Bangui of WFP's executive director, Mrs Ertharin Cousin. Distribution have started again yesterday at the church where is an IDP camp and a few location for school teaching with partner Unicef.

A few portraits of the people I met :



 Little Chris and his mum Charlie:



--



The "school" at the internally displaced people's camp, Bangui, 8th district:



Josephine just arrived at the camp from PK5, a troubled area where fightings are still ongoing, and must wait until she gets registred before she get more food... 


And WFP staff posing here with the kids from Saint-Jean de Galabadja:


--

20/03/2014

WFP PR: Forgotten Crisis In CAR Rapidly Deteriorating Into A Neglected Tragedy, WFP Head Warns



executive director meets local and international staff on her first visit to - photo:

--


BANGUI – United Nations World Food Programme (WFP) Executive Director Ertharin Cousin today witnessed alarming food insecurity and malnutrition in Central African Republic (CAR) amid a deadly combination of violence and insufficient funding for the humanitarian response.
“Today I heard harrowing stories from ordinary women and children of losing their families in the violence and traumatic attacks that forced them to flee,” Cousin said after a visit to the northwestern town of Bossangoa. “I am humbled by their strength in these desperate times. We simply cannot deny them the assistance they need, especially after all they have endured.”
“The entire population, not only the displaced, is affected and live in a precarious food situation. The people of CAR particularly women and children need us now. We must act before the rains exacerbate the tragic situation,” she said. “We must not wait until pictures of skeletal, severely underweight, children document our failure and neglect.”
Cousin took part in a joint seeds and food distribution programme, with the UN Food and Agriculture Organization. “If we miss the planting season, starting in April, the families will have no harvests because they have run out of food. We must provide food, so that families are not forced to eat the seeds to survive.”
“Donors are providing help to millions of Syrians entering a fourth year of conflict. Then, there are rising demands in South Sudan,” Cousin said. “But we simply cannot tell a child in Bossangoa that we can’t help because she isn’t as important as a child anywhere else.”
So far this year, despite immense logistical and security challenges, WFP has provided food to more than 250,000 people per month in CAR, including specialized nutritious foods to help prevent malnutrition among children.
But the scale of the disaster requires deeper engagement from the international community.  In the coming weeks most roads will become impassable with the rainy season. The rains will also increase the risk of diarrhoea and illness for tens of thousands of displaced people in unsanitary, makeshift camps.
“We must make sure this largely forgotten crisis doesn’t become a neglected tragedy,” Cousin said.            
With only 35 percent of funding secured for its CAR emergency operation through August, WFP has been unable to pre-position stocks required for life-saving assistance during the rains and the annual lean season when food from the last harvest runs out.
Insecurity along the road corridor from Cameroon to Bangui forced WFP to airlift 1,800 metric tons of rice. With the escort of the African-led peace-keeping mission, MISCA, the flow of food supplies by road has resumed but may be interrupted should security deteriorate.
“Security is the major concern. The international community must step up to help the government of CAR end violence. Humanitarian access is a priority,” said Cousin.
The disaster in CAR has hugely impacted neighbouring countries. More than 290,000 people have fled the country into Chad, the Democratic Republic of Congo (DRC), Cameroon and the Republic of Congo. WFP and other humanitarian agencies are short of funds and food assistance may be disrupted in Chad and in DRC if new contributions are not received.
#                              #                                 #
WFP is the world's largest humanitarian agency fighting hunger worldwide.  Each year, on average, WFP feeds more than 90 million people in more than 70 countries.
Follow us on Twitter @wfp_media and @wfp_WAfrica

19/03/2014

CAR crisis: calm and life back in the capital Bangui


Insight into Bangui's daylife and market business on my Twitter account:

--

: Food, including fruits and vegetables are back on central market, but in small quantities:

--

Sylvie sells fish at 's central market. She is back selling but hopes to see more buyers - photo:

CAR: Muslims Struggle In Northern Town - my article for WFP

English version


CAR: Displaced Muslims Struggle To Keep Going In Northern Town


Before the crisis, more than 8,000 Muslims lived in the town of Bossangoa, in the northwest of the Central African Republic. There are now less than a thousand. Since January they have been relying on humanitarian assistance to survive, counting the days between one distribution and the next.
By Melissa Chemam

Copyright : WFP/Melissa Chemam

BOSSANGOA, Central African Republic -- Scared and frequently traumatized by their experiences, most of Bossangoa's remaining Muslim community want to escape the violence in their own country and find refuge in Chad or Cameroon.
“Of my 15 family members, ten have managed to leave for Chad. They were evacuated in January,” says mother-of-three Aishatou, explaining that she had to stay behind with her three daughters and her grand-daughter Samzam as there was not enough room in the convoy.
Before the violence broke out, her family had its own house in a normal neighbourhood. But they have been living at a Bossangoa school, the Ecole Liberté, with many other Muslims since September. It is the only place in Bossangoa where Muslims have been able to take refuge since the beginning of the crisis.
Aishatou still hopes to take her daughters and granddaughter to Chad, or at least to CAR's northern border -- the only place in the country she thinks she would be safe. They hope to “come back some day” and live again in their own home in Bossangoa.

Surviving on food aid

Since their arrival at the school, the family has been able to survive with the support of the World Food Programme. “We have received a bag of rice, some maize flour, oil, sugar and even some soap,” says Aishatou’s daughter Habiba, looking at her own daughter playing with other kids in the school yard.
Before the crisis deteriorated, Bossangoa's Muslim community lived in peace with the rest of the population. Most of them were traders at the local markets. Originally from Chad, many were married with local women.
Abbot Dieudonne Yanfeibona, who works with WFP at the main food distribution site in Bossangoa, recalls how the violence started in September after the Muslim Seleka militia attacked the town.
Then, in December, “anti-balaka” groups started attacking the Muslim communities in retaliation. “We have never been through such a crisis before,” he says, “with so many direct attacks against civilians”.
The Abbot is still worried about the few hundred Muslims left at the school. “It will take time for the local Christians to forgive, and some of the anti-balakas want me to push the retaliation further”. Every day, he sees attacks against Muslim women. In fact, they need to be escorted by the African-led force MISCA to go to the local markets.  

Houses looted

The mosque was set on fire two months ago and its imam, Ismail Nafi, is living at the school camp too, along with his deputy Mahamat Adjaro and secretary Hamid Mango. “All our houses have been looted or destroyed,” he explains. The small market where Muslims used to sell vegetables and meat was also destroyed.
“WFP has been the only resource for our community,” the imam adds. “But it won’t be enough as trade has been very much affected and livestock slaughtered”.
The crisis is far from over. Most Muslims want to flee Bossangoa, but some are still arriving. Among the new arrivals are Hamad and his children. The children’s mother is not there because she was murdered by anti-balakas in February while they were living in Bangui.
After that, they fled the capital and came to Bossangoa, where the remaining Muslims helped them, sharing some of their food supplies with them.
WFP continues food distributions to all displaced people in CAR in need of assistance. Since January, around 250, 000 people have received food assistance in the country each month, including the Muslim people of Bossangoa.
--

Link:
http://www.wfp.org/stories/car-displaced-muslims-struggle-keep-going-northern-town

MON ARTICLE SUR LES MUSULMANS DE BOSSANGOA POUR LE PAM


A Bossangoa, les musulmans déplacés à l’école Liberté comptent les jours et les vivres


Avant la crise, plus de 8000 musulmans vivaient dans la ville de Bossangoa, au nord-ouest de la République centrafricaine. Ils sont à présent moins de 1000. Apeurés, traumatisés, la plupart d’entre eux veulent eux aussi partir pour fuir les violences, vers le Tchad et le Cameroun, ou du moins à l’extrême nord du pays vers la frontière tchadienne. Depuis janvier, ils ne vivent que grâce à l’aide humanitaire, et comptent les jours et les vivres.
Melissa Chemam

Aishatou et sa famille
Copyright : WFP/Melissa Chemam

Les violences en Centrafrique ont engendré des déplacements de populations massifs, dans les communautés musulmanes comme chrétiennes. Près de 950 000 personnes sont déplacées dans le pays selon le Haut Commissariat aux Refugiés de l’ONU (HCR), et 80 000 sont partis au Tchad, 62 000 en R. D. Congo, 35 600 au Cameroun et 10 800 en République du Congo. 
Mère de trois enfants, Aishatou espère aussi quitter l’Ecole Liberté, le seul lieu qui a pu accueillir les musulmans de Bossangoa depuis le début de la crise. Son mari et celui de sa fille, Habiba, ont fui vers le Tchad, mais elle, ses trois filles et sa petite-fille ont dû rester; il n’y avait pas de place pour tout le monde dans les convois. 
« Nous vivons ici, au sein de l’école qui nous sert de refuge, depuis septembre dernier. Avant cela, toute notre famille vivait dans le quartier de Sembe. Sur les quinze membres de ma famille, dix sont partis au Tchad; ils ont été évacués en janvier », raconte Aishatou, entourée de sa fille Habiba et sa petite-fille Samzam, cinq ans.
« Il n’y avait pas assez de place pour nous tous dans le convoi; tellement de gens sont partis en même temps… ».
Aishatou espère pouvoir partir rapidement au Tchad, elle aussi, avec le reste de la famille, le temps que la sécurité revienne dans le pays pour les musulmans. 
Ensuite, elle espère que « toute la famille pourra revenir ». 
Depuis l’automne, la famille vit grâce à l’aide du Programme alimentaire mondial (PAM). Elle a reçu une ration de nourriture en janvier dernier qui leur permet de vivre et de gérer le quotidien. « Nous avons reçu du riz, de la farine de maïs, de l’huile, du sel, mais aussi du savon », raconte Habiba, regardant sa fille jouer avec les autres enfants qui vivent dans le camp de l’école.
Avant la crise de septembre et la bataille de décembre, les Musulmans de Bossangoa y vivaient en paix. Ils étaient commerçants ou éleveurs de bétail. Originaires du Tchad pour nombre d’entre eux, la plupart étaient mariés avec des Centrafricaines, ajoute l’Abbé Dieudonné Yanfeibona, qui travaille avec le PAM sur le principal site de distribution de nourriture à l’évêché. Les premières distributions ont démarré en octobre. L’Abbé se rappelle comment les violences ont débuté en septembre quand les milices Seleka à dominance musulmane ont attaqué Bossangoa. En décembre, les milices autoproclamées d’autodéfense et nommées anti-balaka ont ensuite commencé à attaquer les communautés musulmanes de la ville, en représailles. 
« Nous n’avions jamais connu une telle crise auparavant », regrette l’Abbé, « avec de telles attaques contre les civils ». L’Abbé s’inquiète d’ailleurs toujours pour le sort des quelques centaines de musulmans de la ville qui restent à l’Ecole Liberté, car selon lui « il faudra beaucoup de temps pour que les Chrétiens d’ici pardonnent et certains anti-balakas promettent de poursuivre leur vengeance ». Chaque jour, il voit de plus des attaques contre les femmes musulmanes qui ont désormais régulièrement besoin d’être escortées par les forces africaines de la MISCA pour se rendre sur les marchés locaux où elles avaient l’habitude de travailler. 
La mosquée a quant à elle été complètement détruite il y a deux mois. L’imam Ismaïl Nafi  vit aussi à l’Ecole Liberté, tout comme son adjoint Mahamat Adjaro et son secrétaire Hamid Mango. « Toutes nos maisons ontété pillées ou détruites », explique-t-il. Le petit marché où les musulmans vendaient des légumes et de la viande a aussi été brûlé et détruit en décembre. « Et le PAM a été la seule ressource pour notre communauté pendant tout ce temps », ajoute l’imam Nafi, « mais cela ne suffira pas car le commerce a été très affecté et le bétail tué ». 
La crise n’est pas finie. Alors que la plupart des Musulmans veulent fuir Bossangoa, d’autres y arrivent encore, comme la famille d’Hamad. Il travaillait à Bangui avec sa femme et ses enfants, mais elle a été assassinée par des anti-balakas en février dernier. La famille a dû fuir la capitale. Il sont ainsi arrivés à Bossangoa où, au moins, la petite communauté musulmane qui y existe encore les a accueillis, partageant une peu de la nourriture distribuée restante avec eux.  
Le PAM continue ses distributions alimentaires pour les déplacés dans la ville mais aussi dans tout le pays pour ceux qui ont besoin d’aide. Depuis janvier, 250 000 personnes par mois ont reçu de la nourriture dans le pays dont 8 000 musulmans à Bossangoa, 32 000 autres en avaient reçu en décembre dans cette ville dévastée, principalement des chrétiens. 

--

WFP'S LATEST INFO FROM THE CENTRAL AFRICAN REPUBLIC

Central African Republic On Brink Of Catastrophe

Published on 19 March 2014


The Central African Republic is on the brink of a catastrophe as violence forces more and more people to flee their homes and the national economy edges towards collapse. With local food systems breaking down, WFP and its partners are seeing cases of malnutrition multiply.
Copyright: WFP/Melissa Chemam

BANGUI --- Just a few months ago there were only 30 malnourished children admitted at Bangui’s Paediatric hospital. Now you can find up to 150 -- so many that tents have been erected in the courtyard to handle the overflow.
"They just put up a fourth, and I am afraid we will need one or two more," explains one of the hospital’s paediatricians, Dr. Esperance Touane. 
Even before conflict broke out, childhood malnutrition was a big problem in the Central Africa Republic. With a poor diet, consisting mainly of cassava, nearly 40 percent of children under five were stunted. Today, with the entire population of the capital Bangui affected by the violence and looting, levels of malnutrition are rising.
"The number of children who need to be hospitalized has tripled or even quadrupled. The situation is dramatic. And the worst is yet to come," says Susan Sheperd, a World Food Programme nutritionist working in Bangui.
At the moment, WFP and the humanitarian community don’t have the resources they need to prevent this “tragedy”, she added. Donate here

On the brink 

The rainy season has started, raising fears of a malaria epidemic. The disease is responsible for one-third of deaths in children under five year of age.  "People have already almost exhausted their food stocks and the lean season is only just beginning. We are on the brink of catastrophe," Sheperd says.
The health system in CAR, which already functioned poorly even before killings intensified in December, charges people for services and most of the patients and parents of sick children are unable to afford treatment.
WFP started distributions of nutritional products in several sites in Bangui as well as in the provinces in February. At the Bangui paediatric complex, WFP provides food to children with moderate acute malnutrition - and to the mothers of children who are in the hospital because of severe acute malnutrition.
"WFP assistance for mothers and carers is very important,” Dr, Touane stresses, referring to the fact that some of the mothers in the malnutrition tents also display obvious signs of malnutrition.
Inside the tents of the Paediatric complex, where the heat is intense, mothers are holding children who are weak and whose hair is discoloured by malnutrition. Having special nutritional food available for children with moderate acute malnutrition is crucial, says Touane.
"Just a few days or a week without proper treatment, and a child could develop by severe acute malnutrition. As a result, these children may never fully develop their physical and cognitive capacities,” he says.

16/03/2014

More pictures from pretty Bangui


Because no place is ever only grim, life is blooming again, from time to time in the Central African Republic's capital, and here is what it looks like when it's quiet and sunny in Bangui:



Oubangui river



In front of the view is the Democratic Republic of Congo...




Fishery, one of the location's main activity.






Beautiful Central African nature...




Nice place to escape at the Oubangui Hotel... 



And all we need is a view...



SURVIE sur la Centrafrique : " ni génocide, ni conflit religieux !" - A lire !!



Centrafrique : ni génocide, ni conflit religieux !

Publié le 12 mars 2014 (rédigé le 3 mars 2014) par Yanis Thomas
Le terme de génocide revient de façon récurrente, notamment dans la bouche des responsables politiques français [1], pour qualifier la crise actuelle en Centrafrique. De même, est généralement reprise l’idée d’un clivage religieux. Des raccourcis simplistes qui servent essentiellement à des fins de communication politicienne.
Face à l’horreur des crimes commis en Centrafrique, il est tentant de faire appel à un terme fort, celui de génocide, pour caractériser la situation. Une erreur lourde de conséquences, puisque la base initiale du conflit n’est pas la volonté orchestrée d’exterminer de façon systématique une population.
L’objectif des rebelles séléka était de faire tomber Bozizé puis de se "payer sur la bête". Ce qu’ils ont fait, en commettant un grand nombre d’exactions, d’où une réaction des populations qui les subissaient. La réduction du conflit à une lutte interconfessionnelle par les médias, qui le présentent comme un affrontement entre chrétiens et musulmans, ne vient qu’après. À la base, les milices d’autodéfense appelées anti balaka, dites chrétiennes, s’en prennent aux populations dites musulmanes non pas du fait de leur religion mais bien parce qu’ils les accusent d’avoir soutenu les séléka. Le fait religieux n’est donc pas à la base le facteur qui motive les combats.

Musulmans mais pas seulement

Derrière le terme de musulman se cache en réalité une grande diversité de situations. Concernant Bangui, il s’agit principalement de citoyens centrafricains issus du nord du pays ou de ressortissants du Tchad et du Soudan. Comme cela correspond à la provenance de la majeure partie des membres de la Séléka, il est facile de faire l’amalgame, alimenté par les témoignages selon lesquels ces populations auraient été plus épargnées par les rebelles que les autres, voire qu’une partie les auraient ralliés et aidés. A cela s’ajoute une dimension économique : ces populations tiennent en grande partie des commerces, dont le pillage peut motiver les exactions dont elles font l’objet depuis le départ des séléka.
Concernant le nord-ouest du pays, la situation diffère un peu dans la mesure où le conflit actuel recoupe un conflit permanent et plus ancien. Dans ces régions vivent des éleveurs nomades Peuls (transhumant depuis le Tchad), généralement de confession musulmane, en conflit larvé avec les agriculteurs, qui les accusent de laisser leur bétail dévaster leurs cultures. Les milices anti­-balaka, initialement formées dans cette région, s’en sont donc prises aux Peuls en même temps qu’aux séléka. Là encore le conflit, présenté comme confessionnel, recoupe en fait des réalités socio­-économiques.

Calculs politiques criminels

Mais le ressentiment des populations ayant subi des exactions et l’existence d’enjeux économiques n’expliquent pas à eux seuls l’ampleur de la crise, qui est avant tout politique. À ce titre, il est important de noter que les milices anti­balaka représentent en fait une nébuleuse d’entités qui ne poursuivent pas nécessairement les mêmes buts. Il semble que l’on puisse distinguer trois groupes.
Tout d’abord, les milices d’autodéfense anti­balaka « originelles », qui se sont constituées à la base pour lutter au niveau local contre les coupeurs de route du nord­ouest du pays. Présentées comme chrétiennes, alors même que ses membres arborent généralement des amulettes issues de cultes animistes, ce sont elles qui ont commencé à s’opposer, à partir de début septembre 2013 aux exactions des rebelles séléka.
Ensuite, d’anciens membres de l’armée centrafricaine, les FACA, restés fidèles à François Bozizé et qui, selon l’État­-Major français, sont en partie responsables de l’attaque organisée sur Bangui le 5 décembre 2013 (Jeune Afrique, 27/12). Ils sont dirigés sur le terrain par Jean Francis Bozizé, le fils du président déchu et ancien parachutiste français qui fut ministre de la défense de son père. Dans l’espoir de permettre le retour au pouvoir du dictateur exilé, ses partisans peuvent jouer à fond la carte confessionnelle, dans un calcul politique criminel.
Enfin, des pillards profitant du désordre pour se constituer en bandes armées. Leur but à l’heure actuelle est de se faire reconnaître comme partie belligérante à part entière afin de pouvoir profiter du futur processus de désarmement, démobilisation, réintégration (DDR) (AFP, 10/02).
À ces trois mouvances peuvent s’agglomérer des citoyens lambda, cherchant à se venger des exactions qu’ils ont subies durant les mois qui ont suivi le renversement de François Bozizé. Comme souvent, l’analyse simpliste est dangereuse, puisqu’elle jette de l’huile sur le feu : la présentation des violences en un combat entre chrétiens et musulmans concourt, dans une dynamique de prophétie auto réalisatrice, à transformer ce cycle d’exactions et de représailles en un conflit inter-religieux.

Soupçons d’épuration ethnique

Mais, s’il n’y a pas de génocide, il semble par contre désormais que l’on assiste à une épuration ethnique dans le nord­-ouest du pays et à Bangui, les populations dites musulmanes fuyant les exactions des milices anti­-balaka : pas d’extermination organisée, mais des violences contre des boucs-­émissaires que les opérations militaires et l’agitation médiatique ne protègent pas.
On peut à ce titre s’interroger, comme le Dr Mégo Terzian de Médecins Sans Frontières, sur l’action des troupes internationales (la force française Sangaris et la force africaine MISCA), qui « regroupe des gens pour organiser leur départ vers d’autres pays au lieu de cantonner les milices » (Le Monde, 26/01).
Ce n’est pas la première fois que les troupes internationales sont pointées du doigt dans leur gestion de la crise. Ainsi Amnesty International a dénoncé le 12 février sur son site internet : « les troupes internationales de maintien de la paix se montrent réticentes à faire face aux milices anti­-balaka et ne sont pas assez réactives pour protéger la minorité musulmane menacée ». Mais du coté français l’heure est plutôt à la minimisation de la situation. Le général Soriano, commandant de l’opération Sangaris a ainsi estimé qu’« il n’y a pas de nettoyage ethnique dans ce pays » (Le Jdd, 24/02). Des déclarations dans la même logique que celles de François Hollande (AFP, 17/01) ou du chef d’état major français de l’époque, l’amiral Edouard Guillaud (Le Figaro, 3/02), qui annoncent un apaisement de la situation alors même que la presse rapporte quotidiennement des cas de pillages et de massacres (Le Monde, 17/01 et 3/02). La Croix Rouge centrafricaine rapporte ainsi avoir recueilli 1 240 cadavres à Bangui depuis décembre mais selon un responsable de cette organisation, le total des morts est sans doute bien plus élevé, certains corps disparaissant ou étant directement récupérés par les familles (AFP, 26/02). Un chiffre qui ne prend pas en compte les victimes récupérées par d’autres ONG humanitaires, comme Médecins Sans Frontières, et encore moins les meurtres commis en province.
Il n’est pas nécessaire de faire appel à l’image du génocide ou de réchauffer le mythe du choc des civilisations pour prendre la mesure du drame humain qui se déroule en Centrafrique.
Les thuriféraires de l’armée française n’en démordent pas : ni échec, ni erreur, l’opération Sangaris est exemplaire. «  Souvent accusée de jouer au gendarme de l’Afrique, elle se sera plutôt comportée cette fois comme un pompier » affirme ainsi Jean Guisnel, le journaliste Défense du Point (27/02). La complainte du pompier pyromane n’est pourtant pas nouvelle. Mieux, plutôt que de parler de la situation réelle, mesurons l’efficacité de nos troupes à l’aune de la propagande, c’est plus sûr : « le génocide tant redouté avant l’intervention française ne s’est pas produit ­ ce qui implique, ne l’oublions pas, que le déploiement français a évité le pire ». Voilà qui rappelle la blague du voyageur en train et de sa poudre contre les éléphants : « ­ Mais il n’y a pas d’éléphants par ici ! ­ C’est bien la preuve qu’elle fonctionne... » Sauf que Jean Guisnel ne plaisante pas.
[1] Par exemple, lors du vote à l’Assemblée nationale sur la prolongation de l’opération Sangaris, le 25 février.

15/03/2014

Ce qu'il reste de Bangui la Coquette...


Et notamment cette vue sur le Fleuve Oubangui depuis l'hotel du meme nom.



En face, la RD. Congo...



QUITTER BANGUI, SUITES



Beaucoup de musulmans cherchent à partir. 












Les familles s'entassent meme dans des containers : 




--