My year 2013 in Music

January -  You would have turnt me crazy without Gotan Project:

February-March were an emotionally roller-coasting time through different worlds...

Between North and South,

Atoms for Peace, 'Amok':

between East and West...

Kourosh Yagmei:

Lianne La Havas:

April was shining, bright and meaningful!

Bombino and Niger sounds:

May was Jazz...

With Hugh Coltman...

June, ah shiny June, let's take care of ourselves:

Albin de la Simone & Emiliana Torrini, 'Moi, Moi': 

Summer was hard-work and hope for hope with:


September, one of the best months of the year, sun and La Rentrée, too much mixed emotion, but what a great month!

London Grammar sings 'Interlude'. "There would be no better place"...

Owiny Sigoma Band unites London and Nairobi:

But "I don't wanna fall in love with you"...

October was all about mental travel and South Africa! Thank you Motèl Mari!!

November was about remembering...

Firstly with Avishai Cohen, my favourite musician:

New starts:

And... Remembering:

And theatre and poetry reading with Debussy:

December, oh December is between night and day, sleep and rebirth, life and 'Afterlife':

Because, "when love is gone, where does it go?"


Thanks for listening!

Bring on the music 2014.

"Prélude à l'après-midi d'un faune", Debussy

Just basic remarks from Wikipedia about one of the most beautiful pieces of music of the twentieth century...


Prélude à l'après-midi d'un faune, known in English as Prelude to the Afternoon of a Faun, is a symphonic poem for orchestra by Claude Debussy, approximately 10 minutes in duration. It was first performed in Paris on December 22, 1894, conducted by Gustave Doret.

The composition was inspired by the poem L'après-midi d'un faune by Stéphane Mallarmé. Debussy's work later provided the basis for the ballet Afternoon of a Faun, choreographed by Vaslav Nijinsky. It is one of Debussy's most famous works and is considered a turning point in the history of music; Pierre Boulez has said he considers the score to be the beginning of modern music, observing that "the flute of the faun brought new breath to the art of music." It is a work that barely grasps onto tonality and harmonic function.

About his composition Debussy wrote:
The music of this prelude is a very free illustration of Mallarmé's beautiful poem. By no means does it claim to be a synthesis of it. Rather there is a succession of scenes through which pass the desires and dreams of the faun in the heat of the afternoon. Then, tired of pursuing the timorous flight of nymphs and naiads, he succumbs to intoxicating sleep, in which he can finally realize his dreams of possession in universal Nature.

Paul Valéry reported that Mallarmé himself was unhappy with his poem being used as the basis for music: "He believed that his own music was sufficient, and that even with the best intentions in the world, it was a veritable crime as far as poetry was concerned to juxtapose poetry and music, even if it were the finest music there is."
However, Maurice Dumesnil states in his biography of Debussy that Mallarmé was enchanted by Debussy's composition, citing a short letter from Mallarmé to Debussy that read: "I have just come out of the concert, deeply moved. The marvel! Your illustration of the Afternoon of a Faun, which presents a dissonance with my text only by going much further, really, into nostalgia and into light, with finesse, with sensuality, with richness. I press your hand admiringly, Debussy. Yours, Mallarmé."






27th of December 2013

The IGAD Assembly of Heads of State and Government held its 23rd Extraordinary Summit in Nairobi, Kenya on 27th of December 2013, under the Chairmanship of H.E. Hailemariam Desalegn, the Prime Minister of the Federal Democratic Republic of Ethiopia and the Chairperson of the IGAD Summit to discuss the situation in the Republic of South Sudan.

The Assembly was attended by H.E. Ismail Omar Guelleh, President of the Republic of Djibouti; H. E. Uhuru Kenyatta, President of the Republic of Kenya H.E. Hassan Sheikh Mohamud, President of the Federal Republic of Somalia; H. E. Yoweri Kaguta Museveni, President of the Republic of Uganda; H.E. Bakri Hassan Saleh, First Vice President of the Republic of the Sudan; and H.E Dr. Barnaba Marial Benjamin, Minister for Foreign Affairs of the Republic of South Sudan.

The Assembly was also attended by Ambassador (Eng.) Mahboub Maalim, the Executive Secretary of IGAD and Ambassador Erastus Mwencha, the Deputy Chairperson of the African Union Commission.

The Summit received a briefing from the President of the Republic of Uganda on his country’s efforts in securing critical infrastructure and installations in the Republic of South Sudan as well as in evacuating its citizens.

The Summit further received a briefing from the Chairperson of the IGAD Council of Ministers and Minister for Foreign Affairs of the Federal Democratic Republic of Ethiopia, H.E. Tedros Adhanom on the emergency three-day visit to Juba, Republic of South Sudan by the IGAD Council of Ministers on 19th December 2013.

After consideration of the reports and its deliberations on the overall political and security situation in South Sudan,

The summit:

On South Sudan

1. Recalling the hope for freedom, justice and prosperity that the people of the
Republic of South Sudan expressed with joy on 9th July 2011 on occasion of the independence of the Republic of South Sudan

2. Cognizant of the peace, security and development that has been achieved in the Republic of South Sudan since independence in the midst of various challenges

3. Noting with satisfaction the positive development between the brotherly
countries of the Republic of South Sudan and the Republic of Sudan and in that regard, commend H.E. President Omar Al-Bashir and H.E. President Salva Kiir Mayardit for their tireless efforts in bringing peace, security and prosperity to their two peoples.

4. Concerned by the unfortunate events that took place on the 15th of December 2013 and the subsequent escalation of the conflict and deterioration of the humanitarian situation;

5. Further Concerned about the reported widespread atrocities, deaths and
displacement of civilian population;

6. Expressing their solidarity with the people of South Sudan at this hour of
distress and tribulation;

7. Condemns all unconstitutional actions to challenge the constitutional order,
democracy and the rule of law and in particularly condemns changing the
democratic government of the Republic of South Sudan through use of force

8. Further Condemns the violent escalation of conflict in South Sudan and calls on all parties to refrain from steps that will inflame the conflict further particularly along ethnic and sectarian lines and particularly strongly condemns the bankrupt and opportunistic ideology of ethnic and religious sectarianism

9. Calls on all humanitarian actors to act quickly and provide all necessary
assistance to all civilians and specifically calls on the government of South
Sudan and all armed groups to open humanitarian corridors and ensure
protection of civilian population;

10. Notes with satisfaction the IGAD Council of Ministers emergency visit of 19 December 2013 and the discussions with President Salva Kiir Mayardit and other stakeholders;

11. Commends the expressed commitment of both sides to engage in dialogue and reiterates the imperative of an immediate pursuit of a political solution including an all inclusive dialogue among all stakeholders concerned;

12. Commends the UN Security Council Resolution 2132 of 2013 which it notes as a prudent and timely move to complement ongoing political efforts in alleviating the deteriorating security and humanitarian situation in the country.

13. Commends the effort of the Republic of Uganda in securing critical infrastructure and installations in South Sudan and pledges its support to these effort;

14. Reaffirms the strong commitment of IGAD countries to assist in the pursuit of a speedy political solution to the crisis;

15. Made the following decisions:
Stakeholders in the Republic of South Sudan:
· Welcomed the commitment by the Government of the Republic of South
Sudan on immediately beginning unconditional dialogue with all
· Welcomed the commitment by the Government of the Republic of South
Sudan to an immediate cessation of hostilities and called upon Dr. Riek Machar and other parties to make similar commitments;
· Determined that if hostilities do not cease within 4 days of this communiqué,
the Summit will consider taking further measures;
· Requested all parties to accept a monitoring, verification and stabilisation
· Undertake urgent measures in pursuit of an all inclusive dialogue including
reviewing the status of the detainees in recognition of their role in
accordance with the laws of the Republic of South Sudan, and in creating a
conducive environment for all stakeholders to participate and determines
that face-to-face talks by all stakeholders in the conflict should occur by the
31st of December 2013;
· Ensure the protection of civilians and humanitarian workers including those
from neighbouring countries;
· Strongly Condemns criminal acts of murder, sexual violence, looting and
other criminal acts against civilians and unarmed combatants by any actor
and demand that all involved by be held responsible by their de-facto and or
de jure leaders
· Liaise with IGAD envoys and the Council of Ministers to support the process
of dialogue and related political and technical reforms;

16. The United Nations, the African Union and the International Community to:
· Support the IGAD process;
· Ensure that humanitarian assistance is immediately delivered to all affected;
· Support constitutional and other political reforms in South Sudan;

17. IGAD Member States:
· Direct the Council of Ministers to continue working with the Government of
South Sudan and make contact with Dr. Riek Machar and other leaders
critical to bringing about peace; and keep the Summit appraised;

18. Directs the IGAD Secretariat to transmit these decisions to the African Union Commission and the United Nations Security Council;

19. Decides to remain seized of these matters.

Issued this 27th of December 2013 at State House, Nairobi, Kenya


Mon émission musicale préférée se met au son de Noel.
La Bande Passante - sur RFI :

1. Spéciale Noël
Par Alain Pilot
Première partie de notre sélection de cadeaux musicaux pour noël.
« Douce nuit, sainte nuit », voici une séléction de chants de noël que l'on espère surprenante :
Bruce Springsteen - « Santa Claus is coming to town »
Iggy Pop - « White Christmas »
Julian Casablancas - « I wish it was Christmas today »
James Brown - « Please come home for Christmas »
- Emily Loizeau - « A little town of Bethleem »


2. Spéciale Noël
Par Alain Pilot
Deuxième partie de notre sélection de cadeaux musicaux pour noël.
« Douce nuit, sainte nuit », voici une séléction de chants de noël que l'on espère surprenante :
Run DMC - « Christmas in Hollis »
Mary J Blige - « Petit papa noël »
- BB King - « Merry Christmas baby »
Prohom -  « Joyeux noël »
Tom Waits - « Christmas card from a hooker in Minneapolis »
Olivia Ruiz - « Crazy Christmas »
Brenda Lee - « Rocking around the christmas tree »

Les mots de Louis Aragon, les notes de Georges Brassens, un 26 décembre

Il n’y a pas d’amour heureux

Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n’y a pas d’amour heureux
Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu’on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu’on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n’y a pas d’amour heureux
Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j’ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n’y a pas d’amour heureux
Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l’unisson
Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n’y a pas d’amour heureux
Il n’y a pas d’amour qui ne soit à douleur
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit meurtri
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l’amour de la patrie
Il n’y a pas d’amour qui ne vive de pleurs
Il n’y a pas d’amour heureux
Mais c’est notre amour à tous les deux
Louis Aragon, La Diane Française (1946)


Voici l'essentiel de l'actualité de ce 25 décembre 2013 - à 10h30 :

RFI  9H30 EN TU - 10H30 A PARIS.


Le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé mardi l'envoi de près
de 6.000 Casques bleus de plus au Soudan du Sud où le bilan des affrontements
pourrait atteindre des milliers de morts depuis le 15 décembre.
Sur le terrain, l'armée gouvernementale a repris aux rebelles la ville de Bor, malgré les appels à la fin des combats.
Les autorités affirment vouloir poursuivre leur offensive vers Bentiu, dans l'Etat de l'Unité, frontalier du Soudan, au nord du pays.
A Bentiu, justement, un charnier d'au moins 34 corps a été découvert. L'ONU dénonce "des exécutions de masse" et "le ciblage d’individus sur base ethnique".
Enfin, des combats opposent ce matin l'armée du Soudan du Sud et la rébellion pour le contrôle de Malakal, capitale de l'Etat pétrolier du Nil Supérieur, dans le nord du pays.


Et puis en Centrafrique : Le président de transition Michel Djotodia a lancé hier un nouvel appel à la paix, dans la capitale, Bangui, toujours sous couvre-feu, dans la crainte de nouvelles violences.
De son côté, le contingent tchadien de la force africaine - la Misca, va être redéployé dans le nord du pays.

L'actualité au Moyen-Orient:
Deux ministres du gouvernement turc ont démissionné ce mercredi.
Le ministre de l'Economie, Zafer Caglayan, a annoncé ce matin sa démission.
Son fils est inculpé dans la vaste affaire de corruption qui secoue le gouvernement islamo-conservateur.
Il affirme quitter son poste pour que toute la lumière puisse être faite sur cette opération selon lui "ignoble  qui vise le gouvernement".
Sa démission suit celle du ministre de l'Intérieur, Muammer Guler.

Les autorités syriennes ont justifié les raids sanglants de ces derniers jours contre la ville Alep et ses environs en affirmant qu'ils visent des "terroristes étrangers".
Le bilan des victimes s'approche des 400 morts en dix jours.
Entre le 15 décembre et hier, les barils de TNT largués à partir d'avions et d'hélicoptères dans la région d'Alep ont fait 379 morts, dont 108 enfants, 34 femmes et au moins 30 rebelles.

A Gaza, dans les Territoires palestiniens, une enfant palestinienne a été tuée et au moins six Palestiniens ont été blessés hier dans des raids israéliens sur la bande de Gaza. Ces raids ont ét lancé en représailles à un tir qui a tué un Israélien travaillant près de la frontière.

En Afghanistan, deux roquettes ont lancées par des talibans sur l'ambassade américaine à Kaboul ce mercredi.
Les tirs n'ont pas fait de victime mais renforcent les interrogations sur les problèmes de sécurité dans la capitale afghane.
Les roquettes sont tombées dans l'enceinte de l'ambassade.

Le pape François a célébré sa première messe de Noël à Rome hier soir.
Il a formulé une pensée pour les "marginalisés" et exhorté les catholiques à "ne pas avoir peur" de croire.
Ce midi, il prononcera sa bénédiction "Urbi et orbi" - à la ville et au monde en latin - une bénédiction très attendue.

Enfin en Europe de l'ouest :
La tempête Dirk est en voie d'accalmie, alors qu'on déplore 5 morts en Grande-Bretagne, et un en France.
130 000 foyers en GB et 122 000 en FR restent privés d'électricité.


RFI - Les titres de l'actualité de ce mardi 24 décembre 2013

L'actualité au Moyen-Orient:

En Egypte,
Le premier ministre égyptien a déclaré la Confrérie des Frères musulmans « Organisation terroriste », une première depuis 1954.
Une explosion a par ailleurs détruit une partie du quartier général de la police de Mansourah, faisant 12 morts. Les autorités ont accusé les Frères musulmans, qui démentent tout implication dans l'attentat.


En Syrie :
L'opposition a prévenu qu'elle ne participerait pas à la conférence de paix prévue en Suisse en janvier si l'armée poursuivait ses raids sur Alep. Ces bombardements ont fait plus de 330 morts, depuis le 15 décembre, dont une centaine d'enfants.


Au moins cinq journalistes ont été tués hier dans un assaut mené par plusieurs kamikazes contre le siège d'une télévision locale à Tikrit, au nord de Bagdad, dans une nouvelle attaque contre les médias en Irak.

Pendant ce temps, les chiites irakiens convergent vers la ville sainte de Kerbala pour célèbrer l'Arbaïn.
La fête marque le quarantième jour de deuil après le martyre de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mohammed.
Cette communauté a été visée à de nombreuses reprises par des attentats ces dernières semaines.


En Russie, les deux militantes féministes du groupe Pussy Riot se sont retrouvées ce matin à Krasnoïarsk, en Sibérie orientale.
Elles ont quitté hier les établissements pénitentiaires où elle se trouvaient enfermées depuis vingt mois.
Elles ont aussitôt prononcé des mots très durs à l'encontre du président et du régime russes et promis de poursuivre leur combat pour la défense des droits de l'homme.


En Afrique :

Des échanges de tirs sont intervenus lundi après-midi à Bangui entre soldats tchadiens et burundais de la force de l'Union africaine déployée en Centrafrique (Misca), l'information a été diffusée cette nuit auprès du chef du contingent burundais au sein de la Misca.
Les Tchadiens ont lancé une grenade en direction des Burundais alors que ceux-ci venaient d'intercepter six ex-rebelles Seleka.
Le contingent burundais aurait "fait preuve de retenue" mais des soldats à l'avant-garde auraient tout de même essuyé des coups de feu et répliqué, blessant trois Tchadiens.

Le Président du Soudan du Sud Salva Kiir s’est engagé auprès de l’émissaire américain dans la région à discuter avec l'ancien VP Riek Machar - sans condition préalable.
Pendant ce temps, sur le terrain :
"Les forces sont prêtes à avancer sur la ville de Bor", la capitale de l'Etat du Jonglei, selon le président.
L'armée soudanaise se prépare aussi à une offensive majeure contre les forces rebelles dans l'état de l'Unité.

Les rebelles sont fidèles à l'ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar, et s'opposent au président Salva Kiir, révélant les tensions couvant depuis l'indépendance qu sein de leur parti, le SPLM.


Enfin en Europe de l'ouest:
les îles britanniques comme la France sont balayées depuis quelques heures par des vents violents dus à la tempête Dirk. Des dégâts importants ont été occasionnés et les transports perturbés.

Dans l'ouest et le nord de la France :  240 000 foyers sont privés d'électricité...
21 départements français sont encore en vigilance orange...
Et un marin est porté disparu.


Le journal sur

A écouter en direct ou réécouter ici :


06H30 - 06H40 TU
écouter le journal 10 min


RCA : La Fondation Hirondelle lance un cri d’alarme sur l’indispensable information

La Fondation Hirondelle lance un cri d’alarme sur l’indispensable information des populations en Centrafrique.
Paradoxe : alors que le monde commence à savoir ce qui se passe en Centrafrique, beaucoup de Centrafricains l’ignorent. Si la République Centrafricaine fait depuis le 5 décembre les grands titres des medias internationaux, en dehors deBangui,les Centrafricains de l’intérieur du pays, premières victimes mais aussi acteurs des violences interreligieuses, manquent d’une information crédible,pourtant si indispensable dans cette période mouvante et incertaine.Radio Ndeke Luka,Radio centrafricaine, se bat courageusement pour produire et diffuser cette information. Elle a besoin de vous.
Certes les Banguissois  peuvent écouter RFI qui rend compte de la situation sécuritaire, militaire et humanitaire, mais ces informations sont inclusesdans un programme dédié à l’ensemble des auditeurs africains. Seule Radio NdekeLuka propose aujourd’hui et ce, tout au long de la journée, des informations concrètes, pratiques et fiables en français et en sango à l’attention des populations de la capitale, de Bouar et, depuis le 19 décembre, de la région de Bambari. Elle réussit aussi à diffuser sur ondes courtes deux heures par jours sans bien savoir si les auditeurs de l’intérieur du pays peuvent recevoir ses programmes. Toutes les radios communautaires ont été pillées lors de la rébellion de mars 2013 et sont muettes depuis lors.
Or, au plus fort de la crise du début du mois de décembre, Radio NdekeLuka n’a pu émettre pendant trois jours, laissant ses auditeurs mais aussi ses journalistes, désemparés.
Radio NdekeLuka est la radio de référence en Centrafrique. 80% des citoyens de Bangui l’écoutent tous les jours. Ce statut lui a valu au cours des dix dernières années d’être la cible de tous les pouvoirs. Ces derniers mois elle a été victime de vols mais surtout d’intimidations et de menaces directes sur ses journalistes. Plusieurs d’entre eux se sont retrouvés à genoux, le canon d’une arme à feu pointée sur la base du crâne. Malgré ces menaces, le couvre-feu et la crainte des exactions, l’équipe de Radio NdekeLuka a repris le travail, la peur au ventre mais  avec un courage et un professionnalisme exemplaire. Tous les jours les journalistes informent, en direct des différents quartiers de Bangui, la population sur l’évolution de la situation. Les citoyens de toutes sensibilités politiques ou religieuses peuvent désormais (re)prendre la parole et… « s’entendre ». Des débats qui rassemblent des représentants de la société civile et des ONGs sont aussi organisés et diffusés quotidiennement. L’antenne est ouverte aux messages de réconciliation et de salutationsaux familles.
Ce travail, si essentiel au dialogue entre les communautés et entre tous les Centrafricains, va pouvoir se faire aussi à Bambari depuis qu’une équipe de la radio, bravant l’incertitude du voyage, a réussi à remettre en fonctionnement l’émetteur de la préfecture de la Ouaka qui avait été endommagé au mois de mars 2013 par les rebelles.
Mais la grande majorité des Centrafricains n’a aucun moyen d’être informée de la situation de lepays. L’absence de medias dans la plupart des régions laisse la rumeur et la propagande faire leur sinistre besogne. Elles alimentent et exacerbent les haines intercommunautaires.
La Fondation Hirondelle,  éditeur de Radio NdekeLuka, lance un cri d’alarme aux medias internationaux qui couvrent les événements tragiques que vit la République Centrafricaine, et à la communauté internationale.
La RCA est un pays à terre. Ses habitants, victimes des pillages successifs, n’ont plus que leur vie à préserver. L’engrenage de la vengeance individuelle et communautaire est en marche. Des pauvres s’approprient les maigres biens d’autres pauvres. La violence s’alimente des rumeurs. Les journalistes ont peur ! Ils ont besoin qu’on fasse état de leur travail et des conditions dans lesquelles ils l’effectuent. En parler dans la presse étrangère peut être protecteur et salvateur.
Obtenir les moyens de couvrir la totalité du territoire est également crucial. Les Centrafricains ont le droit de savoir ce qui se passe dans leur propre pays. Il est indispensable qu’ils puissent, sur la base d’informations vérifiées et crédibles, se parler, dialoguer et envisager les voies à emprunter pour revivre ensemble.
Radio NdekeLuka et ses radios locales partenaires, malgré un incontestable succès d’audience, se bat chaque année pour subsister. Preuve, par l’absurde, que les intérêts des puissances économiques sont actuellement bien faibles en Centrafrique.
Oui ! L’information des populations de l’intérieur du pays est un enjeu majeur de la résolution de la crise actuelle autant que la présence de troupes de pacification.
Les journalistes de Radio NdekeLuka et ceux de la Fondation Hirondelle se tiennent à votre disposition pour témoigner et vous donner toute précision qui vous serait utile sur la nature de leur travail et sur la situation sur le terrain.

Yves Laplume
Délégué Editorial