18/11/2017

'Shadows' by Ryan Vail



Ryan Vail - 'Shadows'




Published on 26 Sep 2017

-


 Ryan Vail is a musical pioneer with vision. The Derry born composer has released three EPs to date and a collaborative album “Sea Legs” with folk singer Ciaran Lavery. 

-

Bio:

Ryan blends the worlds of electronica, folk and classical, always experimenting combining classical instruments with unique methods of recording and composition.
In 2014, he composed the soundtrack for a full length BBC2 Documentary entitled “The Longest Night” as part of the BBC’s “True North” series.
In 2015, he composed a solo piano piece for World Piano Day which was chosen for Nils Frahm’s Piano day playlist on SoundCloud.
His 2015, collaborative album with Ciaran Lavery “Sea Legs” has been shortlisted for the NI Music Prize (Best Northern Irish Album of 2015) previous winners have included Foy Vance and Robyn G Shields.

2016 seen Ryan release his debut album For Every Silence. For Every Silence quickly got a lot of attention and became BBC radio 1 Album of the week with Hue Stephens and Phil Taggart. Irish times Album of the week. Finally nominated for the 2016 Ni Music prize (Best Northern Irish Album of 2016).
2017 Ryan released Love is a Crow, a collaborative single with Jealous of the Birds that debuted on Lauren Lavernes 6 music show. Ryan Also featured in Nils Frahms national piano day.
Ryan has had radio play or performed live Sessions with BBC Introducing, Other Voices, Lauren Laverne, Steve Lamauq, Annie Mac, Tom Ravenscroft, Across The Line, Tom Robinson, Phillip Taggart and Zane Lowe.
Ryan has supported many international live acts such as Nils Frahm, Jamie XX, Jon Hopkins, Tycho, David Kitt, Todd Terje, Phil Kieran, Luke Vibert and Orbital.


God save THE CULTURE UNDERGROUND à Bordeaux !


Bordeaux, parce qu'elle est jumelée avec Bristol, est pour moi une première étape!

Etape comme début d'une réflexion sur le rôle des villes, des politiques de la ville, des artistes et musiciens au niveau local, dans le changement culturel et social. 

D'autres sont au programme pour 2018. 

Stay tuned ;)

-

Merci au blog "SERIAL BLOGUEUSE" d'avoir relayé :

God save THE CULTURE UNDERGROUND à Bordeaux !



SAVE THE DATE ! Le Café Politique de Bordeaux 2020 sur le thème de Bordeaux et la culturec’est dans une semaine ! Au programme de cet événement  éminemment plein de Jugeote :
  • Bristol, capitale européenne de la culture, un exemple pour notre ville ?
  • Quelle place pour la culture underground à Bordeaux ?

Bristol un exemple passionnant pour Bordeaux

A partir de 1982, la ville anglaise de Bristol a vu exploser plusieurs mouvements artistiques polymorphes, multiculturels, et surtout totalement underground et spontanés, sans aucune aide publique.
En dix ans, post-punk, reggae, puis hip-hop et donc graffiti ont transformé cette ville moyenne, alors engluée dans le chômage, en un pôle de créativité sans comparaison.
Le collectif Le Wild Bunch, qui ressemble les meilleurs de leurs DJs, va se produire à Londres puis à Birmingham et même à Tokyo en 1986. De ce collectif naissent ensuite le groupe Soul II Soul en 1988 puis le trio Massive Attack et Tricky.
Des studios se créent plus facilement dans la ville, les collaborations abondent. Björk et Madonna veulent travailler avec ces Bristoliens…
Aujourd’hui, 12ème ville du pays en terme de population, avec 450 000 habitants, jumelée avec Bordeaux depuis 1947, dont les artistes sont mondialement connu (Damien Hirst, Banksy, Massive Attack, Roni Size, JK Rawlings y son nés), Bristol peut être un exemple passionnant, métissé, moderne, en matière de politique culturelle et urbaine, pour de nombreuses villes d’Europe !
De Massive Attack à Banksy, l’histoire d’un groupe d’artistes, de leur ville, Bristol, et de leurs révolutions

Venez débattre avec :


– Melissa Chemam, Journaliste et auteur du livre En dehors de la zone de confort, de Massive Attack à Banksy, sur la ville de Bristol (éd. Anne Carrière)
– Nathalie Lanzi Bucero, Vice-présidente en charge de la jeunesse, de la culture, du sport et du patrimoine au conseil régional Nouvelle-Aquitaine
– Philippe Barre, Co-fondateur de Darwin
– Renaud Cojo, Comédien, metteur en scène, auteur, performeur, fondateur de la cie Ouvre le Chien
– Ivan Torres, Artiste mexicain
– Pierre Chavot, Auteur, historien, enseignant
« La fonction sociale de l’art est de placer le citoyen à hauteur d’une réflexion. »
Bordeaux 2020, think tank citoyen, vous propose de débattre de la culture à Bordeaux et d’être force de proposition pour son avenir.
Bordelais, Bordelaises, jeunes et moins jeunes, je compte sur vous pour être présent en masse sur cet événement !

Jeudi 23 novembre à partir de 18h30 à la Faculté, place de la Victoire.

Partagez !
--

Lien : https://www.serialblogueuse.com/2017/11/16/bordeaux-2020-culture-cafe-politique/

Marx dans Le 1 Hebdo - hors-série


 Après la chute de l’URSS et la conversion de la Chine communiste au capitalisme d’État, on a pu croire le marxisme mort et enterré. 

Mais les analyses du philosophe, avec tout ce qu’elles ont de percutant, ont resurgi de plus belle après la crise de 2008. 

Le Capital fête ses 150 ans. Il reste néanmoins, à bien des égards, pertinent dans son déchiffrement du système capitaliste. 

Le 1 Hebdo revient sur la vie, la pensée et l’héritage de Karl Marx.
Un hors-série disponible en kiosques et librairies, 4,90€.

Avec : 

Raoul Peck Vincent Martigny Aude Lancelin Edgar Morin Eric Fottorino Julien Bisson Isabelle Garo Erik Olin Wright Alain Badiou Louis Althusser Pierre Dardot Louis Chevaillier Robert Solé Cosette Mondabi Natalie Thiriez



Lien - FB : https://www.facebook.com/le1hebdo/photos/a.854398024577656.1073741830.850828794934579/1965216543495793/?type=3&theater


16/11/2017

Björk's new song and video: "Blissing Me"


"Falling in love to a song"...

New song, new video, Björk, more herself than ever:


björk: blissing me






Published on 16 Nov 2017

the official video for blissing me from björk's upcoming new album utopia.

utopia is out november 24. pre-order here: https://bjork.lnk.to/utopiaYT

video credits:
Directed by Tim Walker & Emma Dalzell
Creative Direction by Björk
Director of Photography - James Henry
Lighting Director - Paul Burns
Producer - Jeff Delich
Stylist - Edda Guðmundsdóttir
Dress – Pam Hogg
Shoes by Gucci
Braid ornaments - James Merry
Makeup Artist - Hungry
Steady Cam Operator - Tommi Marshall
1st Assistant Camera - Þór Elías
2nd Assistant Camera - Daníel Gylfason
Gaffer - Finni Sænski
DIT - Benedikt Vilborgar Og Jóhannesson
Local Production - Oli Páll Torfason & Daddi Bjarna
Post Production - Coffee & TV


click here to subscribe to the official björk channel: http://bit.ly/subscribetobjork

http://www.bjork.com/
https://www.facebook.com/bjork
https://twitter.com/bjork



-


Lyrics:


"Blissing Me"

All of my mouth was kissing him
Now, into the air, I am missing him
Is this excess texting a blessing?
Two music nerds obsessing

He reminds me of the love in me
I'm celebrating on a viral sea
Sending each other MP3s
Falling in love to a song

This handsomest of recommend
He asked if I could wait for him
Now, how many lightyears is interim
While I fall in love with his songs?

His hands are good in protecting me
Touching and carressing me
Well, would it be trespassing
Wanting him to be blissing me?
Probing in and out of his ears

Lift under like suspension
My longing has formed its own skeleton
Bridging the gap between singletons
Sending each other's these songs

The interior of these melodies
Is perhaps where we are meant to be
Our physical union, a fantasy
I just fell in love with his song

So, I reserve my own intimacies
Abandon 'em all in packages
My woe and longing are too visceral
Did I just fall in love with him?



M-Shed's "What is Bristol Music?" exhibition


 The M-Shed, historical museum of Bristol, ideally located on the other side of the harbour (don't miss the lovely view) is preparing a very special participative exhibition...

Details:



What is Bristol Music?

Posted on  by Lauren MacCarthy.

Next summer M Shed will open its doors to Bristol Music – and we’re looking for you to play a leading role.

Since the 1950s, Bristol has been one of the UK’s most vibrant music cities, incorporating a rich mix of styles, genres and sounds.  Not only has this been driven by artists and producers, but crucially by the people of Bristol themselves.
With that in mind, we’d like you to tell the stories that have shaped Bristol’s music scene.
Hundreds of people in a crowd at Ashton Court in 1990
Ashton Court, 1990
Music, as we all know, provokes the senses and stimulates debate.
For the past year and a half, we’ve listened to the views of our advisory panel of music practitioners, researchers and academics from across the city.
Some great stories have already emerged – from anecdotes about unlicensed blues parties in St Pauls, to DJing at The Dug Out and shoegazing at The Tropic.
Now we’d like to build as full a picture as possible by hearing from you.
Bristol Music is an open book, to be co-authored and re-authored by you. The exhibition will be informed by your opinions, your memories and your emotions.

Share your story!

Bristol Music will run from May – October 2018 at M Shed with exhibits, displays and events generating conversation, debate and enjoyment.
Main image: Filwood, 1964

-


More soon...


Marx versus Marx


 Le Jeune Karl Marx, le film de Raoul Peck,  par le critique René Marx :



"Le Jeune Karl Marx" de Raoul PECK - La Critique de la Semaine






Film allemand de Raoul PECK (2017) avec August DIEHL, Stefan KONARSKE et Vicky KRIEPS. 1h 58. Sortie en salle le 27 septembre 2017.

La Critique de la Semaine, présentée par René MARX, Rédacteur et critique à l'Avant Scène Cinéma.

15/11/2017

'Rachel's Song'


 Today's mood.
Thinking about human and artificial intelligences....

This came in.
And there is nothing random.


'Rachel's Song' - Blade Runner - Vangelis





Souvenirs from 2015.



'Sunsetz'


Yesterday's mood, also.

"And when you go away, I still see you
The sunlight on your face in the rearview"...


Thanks for sending this, YouTube...



Sunsetz - Cigarettes After Sex











'Sunsetz'

Sun sets, we wander through a foreign town
Strangely, there's nobody else around
See you open your dress and show me your tights
On the swing set at the old playground

And when you go away, I still see you
The sunlight on your face in the rearview

Sun sets, I want to hear your voice
A love that nobody could destroy
Took photographs like prodigals
Book covers that we both adored

And when you go away, I still see you
The sunlight on your face in my rearview
This always happens to me this way
Recurring visions of such sweet days

And when you go away, I still see you
The sunlight on your face in my rearview
When you go away, I still see you
The sunlight on your face in my rearview




Just a glimpse of joy


 Now, just a personal note. Because this autumn has been so deeply blissful so far, so enlightened and full of joy, I have to express my gratitude and try to spread the light!

Did you too feel some form of change in the general energy since the end of September?

Visuals and music are required for such feelings.

-

Pictures of Paris, bright again two years after the attack...





-

Music is life:


David Bowie And Massive Attack - Cover of Nat King Coles's sublime 'Nature Boy' (featured in the Moulin Rouge's film soundtrack)





-

"The greatest thing you'll ever learn
I just to love, and be loved in return"...

-

And remember by love start with yourself!!

"You cannot pour from an empty cup"? they say...

-

Whoever you are, wherever you are, if you ever read / see / hear this, I hope it'll bring you a glimpse of joy!!


12/11/2017

AKAA 2017 : art, Afrique et guérison de notre monde



Mon article sur la foire AKAA, 2e édition, à Paris ce week-end, pour Toute la Culture :

http://toutelaculture.com/arts/la-deuxieme-edition-de-la-foire-dart-contemporain-akaa-sillustre-par-des-themes-forts-et-un-eclectisme-vibrant/


AKAA 2017

La deuxième édition de la foire d’art contemporain AKAA s’illustre par des thèmes forts et un éclectisme vibrant



AKAA – pour Also Known As Africa - est la première foire d'art contemporain et de design centrée sur l'Afrique en France. Cette deuxième édition s’est tenue du 10-12 novembre 2017 au Carreau du Temple avec pour thème central la guérison.

--
Mélissa Chemam
--


Le but annoncé de cette foire thématique est de « partager l’énergie de l’Afrique, prêter l’oreille à sa rumeur et découvrir sa vibration ». 38 galeries et 150 artistes, venus de 28 pays, ayant tous un lien avec l’Afrique, se sont ainsi réunis sur trois jours au cœur de Paris pour AKAA 2017. La première édition en 2016 avait attiré 15.000 collectionneurs et amateurs d’art.

Peintures, sculptures, installations, photographies et pièces de design ont été présentées par les galeries Ebony, Guns & Rain, Candice Berman et Barnard d’Afrique du Sud, la galerie LouiSimone Guirandou de Côte d’Ivoire, la galerie First Floor Harare qui promeut les arts visuels au Zimbabwe, les galeries This Is Not a White Cube d’Angola et Atiss du Sénégal, la galerie Loft et la galerie 127, consacrée à la photographie au Maroc, et Aicha Gorji de Tunisie. A cela s’ajoutent des espaces dédiés à l’art contemporain africain ailleurs dans le monde, comme les galeries françaises Arts Design Africa ou Angalia (qui présente les œuvres d’artistes du Congo Kinshasa), ARTCO en Allemagne ou encore Catinca Tabacaru Gallery aux Etats-Unis.

Parmi les artistes : le plasticien Bissau-Ghinéen Nù Barreto ; l’artiste congolais Eddy Kamuanga ; les photographes éthiopienne Aida Muluneh, ivoirienne Joana Choumali et la portugo-angolaise Mónica de Miranda ; la plasticienne sud-africaine Jo Rogge ; ou encore le peintre congolais Patrick Villecocq qui présentait une série intitulée « The Art of Survival », consacrée au quotidien de la vie d’enfants déplacés et réfugiés ; pour n’en citer que quelques uns.

Pour le public concerné, collectionneurs et amateurs d’art, il s’agit d’abord de s’ouvrir à un marché encore jeune et en pleine expansion. Pour les artistes, outre l’opportunité de faire voyager leurs œuvres, l’intérêt de ce rendez-vous à Paris est aussi l’échange d’idées et la mise en avant des défis actuels du continent, à travers la lecture symbolique et subjective qu’ils offrent, en tant qu’artistes, des événements qui secouent leurs pays respectifs.


Un fil conducteur : le rôle de l’art dans la perpétuation de la mémoire et la guérison

Et le thème majeur qui est sorti de cette deuxième édition d’AKAA est bien celui de la catharsis. Comment parler du passé ou du présent, quand ils sont douloureux, marqués par des conflits, traumatismes ou incidents violents, quand on est un artiste ? Un récepteur puis un passeur d’émotions et d’idée…?

Un exemple : les installations du jeune Congolais Paul Alden Mvoutoukoulou. Intitulées « Medecine Blues », reconstituées à partir d’emballages de médicaments, elles interrogent le rôle de l’art comme moyen de guérison : symbolisant la maladie de sa mère, les emballages de médicaments se retrouvent sublimés dans l’œuvre, esthétisés, et sont ainsi utilisés pour former des plans de villes en trois dimensions.

Les « rencontres », des débats avec artistes, photographes, curateurs, ont particulièrement mis l’accent sur le lien entre la création et la guérison. « L’artiste nous panse, embrasse nos vides et les comble de l’espoir d’un nouveau jour », annonçait le programme de Victoria Mann, la directrice et fondatrice d’AKAA.

L’un des moments forts : la rencontre « Sans haine ni oubli », samedi 11 novembre, modérée par Salimata Diop, directrice de programmation d’AKAA, accueillant les artistes Joana Choumali et Nù Barreto. Elle est ivoirienne ; lui bissau-guinéen.

Avec leur art et avec leurs mots, les deux artistes ont échangé sur leurs raisons de « revisiter un événement tragique de notre histoire ». Guerre civile, terrorisme : « l’artiste contemporain peut-il nous rendre la mémoire, et nous guérir ? » interrogeait cette rencontre. Pour Joana Choumali, qui a réalisé un travail mêlant photos d’iphone et broderie à la station balnéaire de Grand Bassam, après l’attentat du 13 mars 2016, son travail est une réponse dans une société où l’on ne parle pas des « blessures invisibles », où l’on affirme aux traumatisés : « ça va aller ». En photographiant les promeneurs de la plage après l’attaque et en retravaillant les images imprimées en brodant, Joana a voulu « ajouter de la normalité à des sentiments écrasants », et réussi à créer du lien malgré le silence.



Nù Barreto, quant à lui, dessinateur, photographe et plasticien, a toujours, par ses toiles, recréé un espace pour la douleur collective et les traumatismes de son pays, la Guinée Bissau, passée par de multiples coups d’Etat. « J’essaie d’extérioriser ce qui me scie de l’intérieur et de mettre mon travail d’artiste au service des autres, c’est ma conception de l’art », explique-t-il. Ce qui le guide est une envie de retourner visiter l’histoire, d’aller voir « ce que l’homme fait de mal » et de regarder ses actes autrement, pour voir ce qui est dérangeant au lieu de le cacher. Il espère ainsi les transcender. Sa couleur de prédilection, le rouge, qui symbolise à la fois passion et sang, colère et vie, jonche son parcours, de ses dessins à ses tableaux et ses travaux photographiques. Il travaille en ce moment à des portraits de Guinéens en train de crier, pour exprimer ces douleurs enfouies et mal cicatrisées.



Organisées autour de la commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918 qui a mis fin aux combats du front ouest de la Première guerre mondiale, à Paris, et à deux jours des commémorations des attentats du 13 novembre, ces rencontres ont abordé des thèmes profondément universels, qui mériteraient d’être aussi adressés dans les foires d’art occidental…